Archives de Tag: Miri

Deux jours au parc national de Lambir Hills

Quelques jours après notre excursion aux grottes de Niah, nous nous rendons au parc national de Lambir Hills.

Ce parc, assez grand, n’est qu’a une trentaine de kilomètres de Miri. Il est situé sur une étendue de collines boisées. De nombreuses cascades en sont l’attrait principal. La plus connue, la cascade de Latak est facilement accessible par une courte promenade depuis l’entrée du parc. Elle est haute de 25 mètres et surplombe une petite piscine naturelle qui invite à la baignade. Tant pis s’il ne fait pas beau lors de notre passage, nous nous baignons quand même dans l’eau fraîche de la rivière.

Nous dormons sur place, dans un chalet dont les sanitaires sont très basiques mais les chambres plutôt confortables. Le lendemain, par un temps instable, c’est reparti pour une grande randonnée. Nous grimpons à 300 mètres d’altitude, au sommet de la colline Pantu, d’où nous avons une belle vue sur la jungle de Bornéo. Pique-nique au sommet, petit détour pour contempler une autre cascade, nous sommes de retour  en fin d’après-midi. Deuxième nuit au chalet, il pleut toute la nuit et le lendemain matin encore. Nous annulons donc la troisième randonnée et nous préparons à rentrer en ville.

Nous sommes venus en bus, lequel nous a déposé près de l’entrée du parc. De la même manière, pour le retour, il suffit de se poster au bord de la route et d’attendre le passage du bus. Pour passer le temps, les petits bourlingueurs tentent d’arrêter un des nombreux véhicules en faisant du stop. Après une dizaine de minutes, une voiture s’arrête et accepte de nous reconduire en ville.

Notre chauffeur est un homme assez étrange, silencieux, qui nous dépose cependant bien aimablement à quelques mètres de notre hôtel. Les enfants disent poliment merci et, surprise, l’homme tend un billet de banque bleu à Lucie. En le regardant de plus près, on constate qu’il ne s’agit pas d’un billet de 1 ringgit (soit 25 centimes d’euro) mais d’un billet de 50 (environ 12 euros). Le stop, non seulement cela ne coûte rien, mais avec les enfants, ça rapporte!

Les grottes de Niah

Notre séjour à Miri est l’occasion de visiter les parcs nationaux aux alentours de la ville, cela malgré le temps maussade qui s’est installé. Le parc des grottes de Niah est assez loin de la ville,  à environ 90 kilomètres dans les terres. Pour nous y rendre, nous avons déniché une voiture de location, de marque malaisienne (Perodua), toute neuve et bon marché.

Les grottes de Niah sont au nombre de trois: la petite « grotte des commerçants », l’immense « grotte profonde » et la petite « grotte peinte » qui abrite des fresques préhistoriques, malheureusement assez endommagées. La grotte des commerçants est ainsi nommée car elle servait d’abri aux récoltants et négociants de nids d’hirondelle au XXème siècle. C’est dans la grande grotte que nichent les milliers d’hirondelles (et autant de chauves-souris) qui produisent la précieuse substance.

La balade nous mène d’abord le long d’un ruisseau jusqu’à la grotte des commerçants, puis continue pendant plusieurs centaines de mètres dans les entrailles de la terre, à travers l’immense grotte sombre d’abord, ensuite dans une galerie creusée par une ancienne rivière souterraine, pour ressortir de l’autre coté de la montagne. En tout, presque 5 kilomètres pour atteindre la grotte peinte, et autant de chemin au retour. Nous ne nous attendions pas à une aussi longue balade, mais étions heureusement bien équipés de nos lampes de poche (il n’y a aucun éclairage dans les grottes) et de nos vestes de pluie (car il a plu au retour). Une belle excursion!

Une peinture rupestre
Une peinture rupestre
Les aventuriers
Les aventuriers
Attention aux crocodiles!
Attention aux crocodiles!
Une petite traversée en bateau
Une petite traversée en bateau
La grande grotte
La grande grotte
Un nid d'hirondelle
Un nid d’hirondelle

La grande vieille dame de Miri

Après presque 3 semaines passées à Kuching et ses environs, nous nous sommes quand même décidés à quitter cette ville. Direction Miri, environ 600 kilomètres plus à l’est: un court vol en avion plutôt qu’un trajet de 16 heures en bus, pour un budget quasiment équivalent.

Miri est une petite ville moderne,  enrichie par le pétrole et l’exploitation forestière, sans grand attrait touristique. La proximité de nombreux parcs nationaux en fait cependant un lieu de transit pour les touristes.

Le lendemain de notre arrivée, nous partons visiter le seul site touristique de la ville: le site de la « grande vieille dame », ainsi qu’est surnommé le premier puit de pétrole jamais creusé en Malaisie. La grande vieille dame a 105 ans et a été exploitée jusqu’en 1970, un record de longévité. L’intérêt du site, c’est aussi la belle vue du sommet de la colline sur la ville de Miri et la mer, ainsi qu’un petit musée du pétrole, bien conçu pour les enfants mais malheureusement peu entretenu.

Il fait un temps magnifique lors de notre visite, trop chaud pour grimper la colline à pied. Heureusement, avec les enfants, le stop est toujours efficace! Nous avons été bien inspiré de profiter du soleil pour cette visite, car dès le lendemain, la grisaille s’installe, et elle ne nous a pas quittés depuis 5 jours…