Archives de Tag: baie d’Halong

Escale à Cat Ba

Première étape du voyage avec les grands-parents: l’île de Cat Ba. L’île assez grande est située à proximité de la côte et surtout de la baie de Lan Ha, laquelle jouxte la célèbre baie d’Halong. L’île est encore relativement peu fréquentée par les voyageurs occidentaux. Par contre, elle abrite une station balnéaire très prisée des touristes vietnamiens. Peu d’espoir donc d’y passer un séjour solitaire.

Après un trajet agréable de 5 heures, nous débarquons dans la ville de Cat Ba, hideuse agglomération en front de mer, succession de hauts bâtiments hétéroclites, tous destinés à accueillir les nombreux touristes. Et, en cette période de vacances scolaires, les touristes vietnamiens sont légions. Nous nous installons dans notre petit hôtel, idéalement situé dans une ruelle tranquille à proximité de l’artère principale. C’est le calme après la cohue!

Nous ressortons pour dîner, puis allons nous balader un peu le long de la mer, sur une promenade désormais envahie par les familles qui embarquent vers les nombreux restaurants flottants de la baie, les badauds, les vendeurs de babioles et toutes sortes de fêtards. Néons clignotants, musique forte, écrans géants, l’ambiance est à la fête, une fête bruyante et criarde.

Le port, la nuit.

Mais ce n’est pas cela que nous sommes venus chercher à Cat Ba. En dehors de sa ville principale, bondée en cette saison, l’île est un paradis vert, où des centaines de monts arrondis, recouverts de forêt tropicale, se succèdent. Dans la mer, c’est la baie de Lan Ha, toute aussi magnifique, avec ses innombrables îlots émergés.

Balade et plage

Après une bonne nuit de repos, nous partons à pied à la découverte des environs. Malheureusement, les vestiges du fort Français sont temporairement inaccessibles pour cause de rénovation. C’est dommage car celui-ci est situé au sommet d’une colline, la vue sur la baie y est imprenable ! On se contente de grimper sur un autre sommet, plus bas, mais qui offre quand même une belle vue sur la ville. Plus tard dans l’après-midi, nous repartons en directions des petites plages de Cat Cove. Pour cela, on suit un joli chemin aménagé à flanc de falaise. De là, on découvre un autre paysage, encore plus de pics rocheux qui émergent de l’eau. Hélas, les plages que nous voulions rejoindre sont désormais inaccessibles, détruites, remplacées par un grand chantier, un immense projet immobilier où des milliers de chambres, des restaurants et une marina encadreront les petites baies autrefois sauvages. 

On rebrousse chemin vers la première petite baie, elle aussi occupée, mais dans une moindre mesure, par un hôtel et un restaurant. Sous l’assaut des vagues fortes, la plage a presque disparu, mais les vacanciers sont nombreux à s’amuser sur le rivage. Gênés par la foule, les enfants hésitent à se lancer à l’eau, mais après quelques instants, ils s’y jettent avec plaisir. La force des vagues est incroyable ; on est poussés, bousculés, tourneboulés, projetés dans les bras de grands-mères vietnamiennes qui rient aux éclats. Après une demi-heure de baignage, épuisés, nous rentrons à pied à l’hôtel.

Randonnée dans le parc national

Un des joyaux de Cat Ba est son parc national qui couvre une large partie de l’île. Comme souvent en Asie, il offre peu de possibilités de randonnées. Mais peu, c’est mieux que rien et suffisant pour occuper une journée. Aujourd’hui, nous montons donc dans un taxi en direction de l’entrée du parc, à une quinzaine de kilomètres de la ville. En chemin, notre chauffeur nous arrête à la grotte de l’hôpital, pour une très intéressante visite guidée de cet endroit qui abrita les soldats et dirigeants vietnamiens pendant la guerre du Vietnam. La grotte dissimulait habilement un hôpital de campagne que les américains ne découvrirent pas. 

Ensuite, arrivés au parc, nous pique-niquons avant d’entamer l’ascension du mont Ngu Lam, une randonnée de 2-3 heures. L’ascension n’est pas particulièrement difficile, mais la chaleur et la touffeur de la jungle rendent la balade plus ardue qu’il n’y paraît. Après 1h30 de montée, nous voici au sommet, dans une tourelle d’où l’on a une vue magnifique sur les environs : à l’infini des monts coniques, tels un océan de vaguelettes vertes. L’après-midi est déjà avancé lorsque nous retournons à notre voiture et rentrons à notre hôtel.

Croisière dans les baies de Lan Ha et d’Halong

Cat Ba est aussi le point de départ de croisières dans les célèbres baies du Vietnam. Nous optons pour une croisière journalière, départ à 9h du matin. Nous pensions passer une journée tranquille à flâner sur le pont d’un bateau en regardant les îlots défiler. Notre croisière, menée tambour battant par deux jeunes anglais, est d’un style différent. Durant cette journée, nous aurons l’occasion de ramper dans des cavernes pour accéder à une petite plage dissimulée, pagayer à contre-courant pour traverser une grotte en kayak, nager jusqu’à des criques isolées et escalader des roches acérés pour accéder à un point de vue sur la baie de Lan Ha. Une journée bien remplie donc, mais qui nous aura permis de découvrir les baies sous différents angles. Seule ombre au tableau : la pollution, ces déchets plastiques omniprésents, comme partout ailleurs, et tellement dérangeants. Il est dommage que les opérateurs de tourisme se soucient si peu de la protection de l’environnement.

Journée détente à la plage

Pour notre dernière journée à Cat Ba, pas de grande expédition : on se contente de passer quelques heures à la plage en fin de matinée. Cette fois-ci, nous allons à la grande plage qui se trouve à 1 kilomètre à l’ouest de la ville. La marée est basse, la mer calme et la plage déserte. Les enfants s’amusent dans une plaine de jeux aquatique à l’adresse des touristes.

La plage, déserte le matin, est envahie par les vacanciers l’après-midi.

Le lendemain matin, nous quittons Cat Ba en fin de matinée. Nous sommes un dimanche. Nous n’avons pas compté avec le fait que des centaines de vacanciers allaient quitter l’île ce même jour pour retourner à leur quotidien. Les embouteillages monstres au départ du ferry nous retardent un peu, mais le reste du trajet se passe sans encombre et nous sommes de retour à Hanoï avec seulement trois-quart d’heure de retard.


Pour les voyageurs : Le Cat Ba Tropicana Homestay offre des chambres quadruples tout confort à un prix très avantageux.

Les baies de Lan Ha et d’Halong

Nous sommes arrivés ce dimanche 30 novembre sur l’île de Cat Ba. Cette île est le point de départ de nombreuses excursions dont l’une notamment mène dans la baie d’Halong. Nous n’étions pas certains de vouloir visiter cette célèbre baie. La plupart des excursions, organisées au départ de Hanoi, sont soit hors de notre budget soit peu recommandées tant la prestation est de piètre qualité. Des hordes de bateaux, des eaux polluées, des sites dégradés… Les échos de voyageurs mécontents font frémir.

Ce sont d’autres voyageurs qui nous conseillent de nous rendre sur l’île de Cat Ba. Cette île est proche de la baie de Lan Ha, similaire à la baie d’Halong, mais à l’écart du tourisme de masse. De plus, l’île en elle-même mérite une visite. Arrivés sur l’île, nous so mmes immédiatement convaincus d’avoir fait le bon choix: en cette fin d’après-midi, le temps est splendide, le petit port, paisible et le soleil couchant sur la baie, magnifique.

IMG_1021.JPG

Nous réservons immédiatement notre excursion: celle-ci nous conduira dans la baie de Lan Ha puis dans une partie de la baie d’Halong elle aussi à l’écart des circuits touristiques les plus populaires. Départ le lendemain matin à huit heure précise et petite déception: le ciel est gris, nuageux. Tant pis pour les photos époustouflantes!

Après une heure de croisière dans la baie de Lan Ha, nous atteignons la baie d’Halong. A vrai dire, c’est notre guide qui nous en informe: les formations géologiques des deux baies sont tout à fait comparables et remarquables. Pour un novice, impossible de s’orienter dans ce labyrinthe d’îlots verdoyants à perte de vue.

IMG_1024
La baie d’Halong (ou était-ce celle de Lan Ha?)

Le bateau s’immobilise enfin pour nous permettre de monter à bord de kayaks. Les kayaks sont le meilleur moyen d’explorer la baie. C’est magique: on pénètre dans des cavités à peine visibles et on ressort dans un lagon isolé, encerclé par les montagnes de karst. Il pleut légèrement et l’air est devenu plus frais, mais il suffit de plonger sa main dans l’eau pour se rappeler que nous sommes sous les tropiques. Surprise de taille: notre guide nous indique de minuscules point noirs sur la falaise. Ce sont des langours de Cat Ba, une espèce rare dont seuls quelques dizaines d’individus subsistent à l’état sauvage. En se rapprochant, on les distinguent facilement: des petits singes à longue queue, au pelage noir et dont la tête est bordée de brun et de blanc.

imageimage

Les langours de Cat Ba
Les langours de Cat Ba

De retour sur notre bateau, un copieux repas nous attend. Nous continuons ensuite notre croisière jusqu’à notre second point d’ancrage. Nous sommes à proximité d’une petite plage sur un îlot que notre guide nous propose de rejoindre à la nage. Il bruine toujours, les quelques voyageurs qui nous accompagnent dans cette croisière déclinent poliment l’offre. Seuls François-Xavier, Lise et Loïc se jettent à l’eau, littéralement. Joëlle et Lucie gagnent le rivage en kayak. Certes, le beau temps n’est pas de la partie, mais la température de l’eau est réellement agréable.

Il est temps de rentrer au port. Sur le retour, la pluie s’intensifie et les montagnes se nimbent dans un voile de brouillard. Au cours de cette excursion, nous n’avons pas croisé plus d’un dizaine de touristes; une superbe expérience bien différente de celle de nombreux visiteurs.