Aux alentours de Hoi An

Nous avons passé une bonne semaine à Hoi An, à arpenter les ruelles de la vieille ville, mais aussi à nous balader dans les environs. Il y a plein d’activités intéressantes à faire aux alentours de la cité.

Tout d’abord, il y a la plage, face à la mer de Chine, à quelques kilomètres seulement. Une immense plage de sable fin: on se baigne, on fait des châteaux de sable, on se prélasse sur des chaises longues en buvant du jus de noix de coco. Après une leçon de français, voici une manière originale d’aller en récréation!

Nous avons également visité un village de potier. Avec les enfants, même les attractions les plus banales deviennent intéressantes. Les potiers nous montrent comment tourner un petit vase.

A la sortie du village, une immense galerie d’art encore inachevée expose des œuvres en terre cuite provenant de nombreux villages vietnamiens. La galerie abrite également une amusante collection de répliques de monuments célèbres. On vous laisse deviner lesquels…

Enfin, nous avons fait une promenade à mobylette pour voir la tombe, vieille de 300 ans, d’un marchand japonais résidant à Hoi An. Peu touristique, le site est difficile à trouver. Nous nous arrêtons à plusieurs reprises pour demander notre chemin à des villageois. Finalement, nous l’avons déniché, solitaire, perdue au milieu des rizières.

Exploration des montagnes de marbre

Les montagnes de marbre sont situées à une vingtaine de kilomètres au nord de Hoi An. A une courte distance de la mer, les cinq monts se dressent, verticaux au beau milieu de la plaine. Encore une fois, nous choisissons le moyen de transport privilégié des vietnamiens, la mobylette, pour nous y rendre. Le trajet nous prends peu de temps. La route large, rectiligne et peu fréquentée, est facile à parcourir. Elle longe le bord de mer et sa suite infinie d’hôtels de luxe dont la plupart n’en sont encore qu’au stade de projets. Nous ne pouvons nous tromper de route: les montagnes de marbre sont les seuls obstacles à l’horizon.

A l’approche des montagnes, les boutiques offrant de gigantesques statues de marbre se multiplient. Les sculptures en marbre de grandes tailles sont travaillées à l’aide de machines-outils, les objets plus petits sont toujours taillés à la main. Les artisans ont conservé leur savoir-faire, même s’ils travaillent désormais un marbre importé de Chine, le marbre des montagnes étant devenu trop rare.

Un bouddha heureux
Un bouddha heureux

Pour aborder la montagne, deux chemins s’offrent à nous: un escalier de marbre ou un grand ascenseur de verre.

Nous choisissons l’ascenseur, non pour nous épargner l’effort mais pour profiter de la vue. Les montagnes de marbres ont la particularité d’abriter de nombreuses grottes naturelles, ainsi que plusieurs temples bouddhiques et confucéens. L’ascenseur nous mène à une terrasse, à mi-hauteur de la montagne. A proximité immédiate se trouve une belle pagode, un peu plus loin un temple.

Derrière ce temple, nous découvrons un sentier qui nous conduit à une première petite grotte, ornée de bouddhas de marbre. Nous rebroussons ensuite chemin pour grimper un sentier qui nous mène à un premier point de vue.

Plus loin, nous suivons le chemin engorgé entre les deux pics de la montagne. A gauche, nous pénétrons dans une seconde grotte, toujours dédiée à Buddha. Derrière l’autel, dans la pénombre, nous apercevons quelques marches et décidons de continuer l’exploration de la grotte à la lueur d’une lampe de poche. Le conduit souterrain débouche sur un autre cavité dont l’immense cheminée laisse passer la lumière du jour. Les enfants adore le parfum d’aventure de cette exploration, même si les plus petits ont un peu peur.

Demi-tour, nous suivons maintenant le sentier qui nous mènera au sommet du pic septentrional de la montagne. Une montée ardue mais la vue magnifique sur la plage et la mer nous récompense. De retour sur un plateau à mi-hauteur, nous visitons encore une grotte avant de pénétrer dans la plus grande de toutes, une immense cavité ornée de temples et de statues de marbre.

Il est déjà temps de redescendre, par un escalier cette fois. Au pied de la montagne, nous prenons un déjeuné tardif. Nous hésitons quelques instants à visiter une dernière grotte, au pied de la montagne, dont l’accès est de nouveau payant. Nous décidons cependant d’y pénétrer. Bien nous en a pris: la grotte est immense et comporte de nombreux passages à explorer. A droite, un escalier sombre descend, nous nous enfonçons dans les entrailles de la terre. C’est une descente aux enfers; les cavités des parois sont ornées de statues de plâtre représentants des visions d’horreur. Le conduite débouche sur une petit grotte.

De retour dans la grotte principale, nous apercevons une volée de marches qui montent cette fois. Impossible de distinguer où elles mènent. Nous entamons la montée, à pic. Nous grimpons le long d’une cheminée, la lumière du jour est visible tout en haut. Les parois sont désormais ornées de jolis bas-reliefs et de statues de bouddha en marbre. Nous atteignons enfin un petit promontoire pour la plus grande joie des enfants!

Des grottes, des temples, des conduits à explorer avec une lampe de poche… les enfants ont adoré cette visite de la montagne!

 

 

Around Da Lat on a scooter

There’s a lot to see and do around Da Lat. That’s why we rented scooters to explore the city and its surrounding area during three days with the children. The first excursion takes us to the village of Nam Ban, 30 kilometers from the city. The girls ride with their father, while Loïc, my son, climbs with me on the bike.  Along the way, the scenery is beautiful but, soon, works on the road make the driveway rather impracticable. Yet, we manage to ride through mud and gravels and reach our first stop after an hour’s drive. It starts raining heavily and we’re just in time to find shelter in a silk factory, which gives us the opportunity of a very interesting visit. The visit stretches for two hours while it’s pouring rain outside. As the rain finally stops, we resume driving, only a few miles to the Elephant waterfalls.  Due to the heavy rain, the falls are really impressive, with loads of brown water storming down the rocks.
Impressive waterfalls
Fortunately, we are not alone on this tour and Aron and Sandra, the German friends who accompany us, lend a hand to help our children follow the trail down to a viewpoint. 
Thanks Aron and Sandra, for helping the children down!
Back up the trail, we walk a few hundred meters more to see a quiet temple, known as the Happy Buddha Temple, which dominates the valley and the falls.
The happy buddha temple
Now it is about time to drive back to town, in order to arrive safely before nightfall. Alas, a new tropical downpour forces us to take refuge in a cafe. A few hours later, it’s still raining and it got dark…
Finally, we leave our scooters in the local coffeeshop and arrange a pickup by minivan. A much better option for the children, who are now tired and fall immediately asleep in the van.
The next day, children stay at the hotel, while we, adults, take a local bus to Nam Ban to recover the bikes. The first stretch of road back to town is really nice, and what a pleasure to ride alone for once, without children on the bike! We even take a short break in the middle of a coffee plantation to enjoy a « weasel coffee » – guess what that is. But soon, the sky darkens again, and we ride the last ten kilometers under heavy rain. We are lucky to have left the children safe and dry at the hotel!
Before the rain…
In the afternoon, we take the children back on our bikes to visit the Summer Palace of Emperor Bao Dai, close by the city center. It is a beautiful art deco residence, slightly faded but pleasant. The kids have great fun exploring the bed- and bathrooms of princes and princesses.
We continue our tour with a visit of the historic train station of Da Lat, just in time to see the ancient train arrive in the station. We end the day with a delicious meal in a vegetarian restaurant. It is already time to say goodbye to our German friends, leaving Da Lat to Saigon the next day.

Aron and Sandra enjoyed traveling with children, who are so prompt to marvel the wonders of this world.
Additional information: Scooter can be easily rented anywhere in town for about 5USD a day. Ask for the directions to get to the Elephant waterfalls, which are quite easy to reach from Da Lat.
Here is a link to Aron and Sandra’s blog!

Hiking mount Lang Biang with children

We decide to climb the Lang Biang Mountain, one of the highest summits around Da Lat, 2167 meters above sea level. Our guide first seems to have little confidence in the physical abilities of the children and asks us several times if we did not book the wrong excursion. The ascent, he says, is difficult, especially in the last kilometer, when the trail climbs steeply.

Ready to climb: the Lang Biang mountain is right behind us.
We are determined to attempt it: our children are definitely good hikers! The trail climbs gently at first, amidst coffee plantations, then more steeply in a pine forest. Lucie, 3-year old, finds it sometimes hard to follow our steps, but keeps on climbing, while we encourage her with songs and stories. Four kilometers further, we reach a wooded ridge, just in time for a lunch break.
The Lang Biang peak
 After a hearty picnic, children are full of energy to start the final kilometer of the ascent. We now walk on a narrow path lined with wooden planks that make the steps of a high and irregular stairway. We’re only 400 meters away from the summit when Lucie abandons, exhausted: the steps, sometimes as high as her, are extremely difficult to climb. She gets in the baby carrier and falls asleep within seconds. Lise and Loïc reach the top easily. The weather remains clear; the view is gorgeous.

Summary of the hike: 3h30 ascent, 2h descent, 10 kilometers walk and more than 670 vertical meters climbed. Who would think children aged 3, 5 and 7 years could climb that much with little to no help?

Riding the cable car in Da Lat

If you’ve visited the Crazy House already, and you’re in search for the next kids-friendly activity in Da Lat, I’d recommend you take a ride with the cable car.  The cable car station si located on the outskirt of the city, on the top of a southern hill. The ride will take you over the valley to the site of a large, quiet  zen monastery that overlooks a beautiful lake. Enjoy the silent ride, glide over a superb valley, take a stroll on the grounds of the monastery and around the lake. Our children loved it.

A ride with the cable car costs 70.000 VND (return) per adults, children (from 1 to 1,3 meter) pay only 40.000 VND (return). As often in Vietnam, officers at the ticket counter are not too strict with age and height limit, and our 1,05-meter tall son didn’t pay for the ride.

The Crazy House in Da Lat, Vietnam

The Crazy House is the work of a Vietnamese architect, the daughter of Ho Chi Minh’s successor to the leadership of Vietnam. The house is a surprising mixture of architectural elements evoking the creations of Gaudi, with a touch of Hundertwasser for interior fittings. The Crazy House grows every year, since more than twenty years. It is an incredible labyrinth of narrow bridges, corridors, ladders, with few fantastically decorated rooms. The place is definitely a must-do with children, the kids loved getting lost in this unspeakable maze! Be careful though, as some high-level passages have no handrails and the works in the unfinished house are not child-safe. 
The Crazy House is also an hotel where you can stay with your family for approximately 60 USD.

More information about the Crazy House
The Crazy House is open on weekdays from 8.30 to 7 pm.
Entrance fee is 20.000 VND per person (children inclusive), toddlers enter for free.



	

Flâneries à Hoi An

Depuis quelques jours, nous arpentons les ruelles de la vieille ville de Hoi An. Port de commerce important au XVIème et XVIIème siècles, la ville est restée figée dans le passé, suite à l’ensablement partiel de ses voies d’eau.

Au bord de l'eau à Hoi An
Au bord de l’eau à Hoi An

Au coeur de la ville, plus de 800 bâtiments sont classés patrimoine historique par l’UNESCO. Bien sûr, la ville est très fréquentée des touristes, mais en cette basse saison, saison des typhons et des inondations, aux heures chaudes ou dans les ruelles isolées, nous pouvons flâner en toute tranquillité. La vieille ville est très compacte, et ses rues sont piétonnières, ce qui est très agréable pour les enfants. Ils peuvent enfin courir et jouer sans crainte de se faire heurter par une moto ou une voiture – cependant nous devons garder un oeil attentif car de nombreux cyclo-pousses parcourent la ville.

Le ravissant pont japonais
Le ravissant pont japonais

La ville compte vingt-deux sites historiques dont l’accès est payant, sous forme d’une carte à découper qui donne accès à cinq sites au choix. Nous achetons deux cartes. Les enfants ne paient pas et pour multiplier leurs occasions de découvrir temples, vieilles maisons et musées, nous choisissons de nous séparer pour les accompagner, afin qu’ils puissent visiter dix sites, soit avec Joëlle, soit avec François-Xavier. Bien nous en à pris: les contrôleurs sont peu regardants, et nous avons pu plus d’une fois visiter un temple ou une maison en famille, munis pourtant d’un seul coupon.

Influences chinoises dans les temples
Influences chinoises dans les temples

Cependant, nos flâneries sont si lentes, qu’après trois jours de promenade dans cette toute petite ville, nous n’avons pas encore épuisés nos dix coupons.  Peu importe, ces jours passés furent bien agréable.

La nuit, la ville s'illumine de lanternes, accrochées aux maisons ou posées sur l'eau
La nuit, la ville s’illumine de lanternes, accrochées aux maisons ou posées sur l’eau.

Refreshing Da Lat

A great destination with kids, Da Lat is a mid-size town nested in the mountains of the southwest highlands. Da Lat welcomes many tourists every day, but the majority of them comes from other parts of Vietnam.

Da Lat enjoys a moderate climate, which makes it, literally a refreshing place to visit. The city and its surroundings have a lot to offer to families; rent two swan-shaped pedalo boats to explore the lake (60.000VND per hour, per boat), ride on the cable car or take a short hike in the mountains…

Visiting the crazy house is a must-do with children, although ou should keep a wary eye on them as not all passages in the house are child-safe!

Spending a few days in Da Lat with you family is definitely a refreshing idea!

The lake in Da Lat

Voyager en train de nuit

Nous avons testé le train de nuit pour parcourir la distance qui sépare Da Lat de Hoi An, notre destination suivante au Vietnam. Plus exactement, nous avons pris un bus en fin d’après-midi, lequel a (presque littéralement) dévalé la montagne pour atteindre la ville côtière de Nha Trang. N’ayant pas souhaité séjourner à Nha Trang, nous nous rendons directement à la gare et attendons notre train qui a un peu de retard.

21h50, le train entre en gare, les voyageurs traversent les voies pour rejoindre le quai n°3. Nous montons dans notre wagon et pénétrons dans notre compartiment. Les lits sont étroits, les draps sont d’une propreté douteuse. Loïc et Lucie partage une couchette: nous voici installés pour la nuit. Nous avons réservé nos places en classe « lits durs »; nous constatons rapidement que l’appellation n’est pas mensongère. 9 heures plus tard, le train entre en gare de Danang à quelques dizaines de kilomètres de Hoi An. Un voyage un peu éprouvant, mais une chouette expérience avec les enfants.

Résumé de notre voyage en une minute:

La recette du beurre de cacahuètes

Texte de Lise

Ingrédients:

cacahuètes (non salées) – huile de tournesol – sel – miel

Ustensile :

mixeur

Mode opératoire:

(1) griller les cacahuètes

(2) émonder les cacahuètes

(3) mettre les cacahuètes, l’huile de tournesol, le sel et le miel dans le mixeur

(4) mixer le tout

(5) ajouter de l’huile, du miel ou du sel si nécessaire

Bon appétit!

Note: Ceci est la recette du beurre de cacahuètes artisanal offert au petit déjeuné par les propriétaires du Camellia Hotel de Da Lat.

Toute la famille au travail pour émonder les cacahuètes
Toute la famille au travail pour émonder les cacahuètes
Pour obtenir 7 kg de beurre de cacahuètes, utilisez environ 2,5 litres d'huile de tournesol.
Pour obtenir 7 kg de beurre de cacahuètes, utilisez environ 2,5 litres d’huile de tournesol.