Archives de Catégorie: Vietnam

Etape à Dien Bien Phu (suite)

Nous apprécions beaucoup cette étape à Dien Bien Phu. Tout d’abord, le soleil qui était absent depuis une quinzaine de jours est réapparu. Les températures sont toujours fraîches matin et soir, mais vraiment agréables en journée. Ensuite, la petite ville de Dien Bien Phu, au nom si célèbre, est calme et peu fréquentée par les touristes. Nos trois petits bourlingueurs font sensation dans la rue. Ainsi, lors d’une escapade au petit marché de la ville, où les femmes des ethnies montagnardes viennent vendre leur production, les enfants ont récolté, avec leur seul sourire, trois oranges, un légume blanc à la saveur sucrée, deux paquets de biscuits de riz et même une paire de sandales en plastique rouge.

Après une matinée studieuse, nous partons visiter les quelques sites touristiques de la ville. Le premier jour, visite du bunker du colonel de Castries. Le deuxième jour, nous découvrons le cimetière vietnamien, un large lieu de recueillement dédié aux soldats de l’armée Viet-Minh et le récent musée de « la victoire historique de Dien Bien Phu ». Le musée, entièrement neuf, renferme de nombreuses reliques de la guerre pour l’indépendance. Les explications, pourtant traduites en anglais et français, sont parfois mystérieuses, mais les mises en scène, notamment celle qui démontre comment les combattants Viet-Minh sont parvenus à convoyer des canons à travers la jungle pour s’assurer la victoire, intéressent beaucoup les enfants. Le troisième jour, nous grimpons sur la colline A1, un des postes de défense de l’armée française. L’endroit a été préservé en l’état. On y trouve des tanks, des fils barbelés, mais surtout un dédale de bunkers et de tranchées, les vestiges d’une histoire tragique qui font le bonheur des enfants aujourd’hui. Quatrième et dernier jour studieux, nous clôturons les leçons de la semaine avant d’affronter les 359 marches qui conduisent au sommet de la colline D1, coiffée d’un magistral monument.

Demain, debout à 4h30. Nous prenons un bus qui nous emmène dans le nord du Laos!

Etape à Dien Bien Phu

La ville de Dien Bien Phu sera notre dernière étape au Vietnam. Dans quelques jours, nous serons au Laos.

Le nom de Dien Bien Phu résonne dans notre mémoire collective, mais en Belgique, on ne sait pas toujours exactement ce qui s’y est passé. Et bien, c’est un peu comme à Waterloo, les Français y ont pris une raclée, ce qui a sonné la fin de l’Indochine. C’est un peu résumé, mais si vous voulez en savoir plus, lisez cet article, ici.

Les Français tenaient la ville de Dien Bien Phu, les Vietnamiens les bombardaient depuis les collines environnantes. Les Français pensaient que vu l’isolement de cette ville, les Vietnamiens ne pourraient pas venir avec des canons. Erreur, les armées Viet-Minh ont transportés des canons à travers la jungle et ont assiégé la ville pendant 54 jours. La bataille de Dien Bien Phu se termina par un assaut des troupes Viet Minh, le 7 mai 1954.

Aujourd’hui, Dien Bien Phu est principalement une ville étape pour les quelques voyageurs qui décident d’entrer au Laos. En effet, la frontière du Laos se situe à seulement 30 kilomètres. Les voyageurs ne restent en général qu’une nuit à Dien Bien Phu, entre le bus venant de Hanoi et celui partant au Laos. Comme il nous reste trois jours de visa vietnamien, et que nous avons besoin de calme après la trépidante Hanoi, et bien, nous allons y rester un peu. De plus, ça nous permet d’avancer dans les cours de Lise.

Ce samedi, première journée. Tout frais débarqué du bus et après un repos d’une heure, nous arpentons cette ville calme. Un bon café bien fort et un très bon repas nous remettent d’aplomb. La nourriture est très différente de celle proposée à Hanoi. Nous trouvons ce qu’on appelle le riz gluant, un riz mauve, très compact. On fait de petites boules avec les mains, on trempe ces petites boulettes dans de la sauce puis dans des cacahuètes pilées, un délice. Nous avons accompagné le riz  d’un haché de porc épicé (les enfants commencent à apprécier de manger épicé) et d’un autre plat de boeuf.

Nous avons consacré l’après-midi à nous promener autour de Dien Bien Phu. Première étape, visite du cimetière français. Il n’y a pas de tombes à proprement parler, juste une plaque commémorative et quelques arbres planté de-ci de-là. Ensuite, nous avons visité le bunker du commandant général de Castries, chef des diverses unités de l’armée française présente lors de la bataille de Dien bien Phu. Ce bunker a une forme tout a fait originale et est resté intact. Cela a permis aux enfants de bien s’amuser et de jouer à cache-cache.

Nous avons terminé l’après-midi en découvrant par hasard une fête foraine très locale: mini-voiture, auto-scooters, mini « montagne russe » – les enfants ont adorés!

Nous sommes rentrés donner les cours à Lise et Loïc, puis nous sommes ressortis pour manger un demi-canard accompagné de riz. S’en est suivi une longue nuit pour tout le monde, pour récupérer du long trajet de la veille en bus de nuit!

Pérégrinations à Hanoi

Nous voici stationnés à Hanoi depuis presque 15 jours. Mise à part une belle escapade de 4 jours sur l’île de Cat Ba, nous avons passé la majeure partie des semaines précédentes dans cette ville aux ruelles animées, bruyantes, pleines de vie. Nous avions prévu de rester une petite semaine à Hanoi et la prolongation du séjour est en partie indépendante de notre volonté. L’obstacle majeur à notre départ, c’est le délai dans la réparation de l’ordinateur. Nous attendons la pièce de rechange, qui devrait arriver dans les prochains jours, une nouvelle antenne wi-fi. Sans wi-fi, l’ordinateur ne nous est plus d’une grande utilité car nous nous en servons essentiellement pour mettre en ligne des articles sur le blog et pour le suivi scolaire de Lise et Loïc.

Que faisons-nous?
Nous arpentons les rues de Hanoi et en profitons de notre séjour prolongé pour visiter musées et monuments, faire du shopping et surtout, hélas, soigner de multiples petits ennuis de santé.

IMG_8363.JPG

Visite quotidienne à l’hôpital français de Hanoi…
C’est bien la première fois que nous nous rendons aussi fréquemment à l’hôpital! Cela a commencé par la laryngite de Lucie (soignée à SOS International, une clinique américaine). Puis, François-Xavier a dû prendre rendez-vous pour réparer sa dent cassée. Ensuite, Lise s’est fracturée l’épaule à la piscine. Enfin, Joëlle s’est blessée au genou et a développé une infection au pouce. Dernier incident en date, nous avons constaté l’hypermétropie de Lise et elle a dû se faire confectionner des lunettes. Au final, rien de grave pour aucun d’entre nous, mais c’est un peu agaçant de jouer ainsi de malchance!

IMG_8333.JPG

Séances de shopping
Plus agréable, nous profitons également de notre séjour pour nous équiper pour la suite du voyage. En trois mois, les enfants ont grandis et la plupart de leurs paires de chaussures sont devenus trop petites. Une nouvelle paire de sandales pour Lise, Lucie, Loïc, une paire de baskets pour Lise et Lucie et également une paire de sandales de rechange pour François-Xavier, le tout pour une somme inférieure à 60 euros, les chaussures sont bon marché au Vietnam!

IMG_8353.JPG

Pour une poignée de dollars…
Autre sujet d’inquiétude: la semaine passée, nous nous sommes mis en quête de dollars américains, nécessaires à l’achat de notre visa laotien à la frontière. Seulement voilà, les banques vietnamiennes que nous contactons nous annoncent les unes après les autres qu’elles sont dans l’incapacité de nous fournir des devises étrangères. Leur règlement interne le leur interdit. Nous nous tournons vers les banques étrangères qui font certainement de nombreuses transactions en dollars. Là encore, la réponse est la même: la banque peut nous acheter mais pas nous vendre des dollars. Sans dollars, impossible pour nous de quitter le Vietnam par la voie terrestre, alors que notre visa vietnamien expire bientôt. A la septième porte que nous poussons, une enseigne vietnamienne, nous sommes surpris de nous entendre dire: « pas de problèmes, rendez vous au guichet 1 ». Quelques minutes plus tard, nous sommes en possession de nos précieux billets verts. Nous ne nous attendions certainement pas à autant de difficultés pour les obtenir!

Des visites, encore des visites…
Nous essayons tout de même de nous ménager du temps pour visiter la ville. Puisque nous sommes là, autant en profiter! Samedi passé, nous avons réussi à pénétrer dans le mausolée d’Ho Chi Minh, réouvert après restaurations. Ce n’est pas tant la dépouille d’Ho Chi Minh que le cérémonial qui l’entoure qui est intéressant. Nous devons d’abord déposer notre sac à une consigne puis passer sous un portique de sécurité. Nous rejoignons ensuite un groupe d’un cinquantaine de personnes, essentiellement des vietnamiens venus rendre hommage au héros national. Rangés deux par deux, telle une colonie de vacances, un garde précédant et un autre suivant la colonne, nous pouvons nous avancer d’un pas rapide sur l’immense esplanade déserte entourant le mausolée. Demi-tour à gauche, nous pénétrons dans le bâtiment. Un couloir, gauche, droite, droite, et encore à droite, nous entrons dans la petite salle dans laquelle repose la dépouille embaumée. Interdiction de s’arrêter, nous ralentissons à peine le pas. Des gardes immobiles en tenues blanches encadrent le cercueil de verre. Quelques instants plus tard, nous sortons de la pièce, droite, droite, droite et gauche, nous évacuons rapidement le bâtiment. Une expérience originale dont nous ne pouvons vous faire profiter en images car photos et vidéos sont interdites.

Lundi, nous visitons le musée d’histoire du Vietnam. Ce beau musée, assez grand, expose de nombreux objets témoignants des différentes périodes de l’histoire vietnamienne. Les enfants sont particulièrement intéressés par l’exposition sur la préhistoire. L’étude de la préhistoire est d’ailleurs au programme de l’année scolaire de Lise.

Aujourd’hui, mardi, petite ballade dans la vieille ville pour voir la cathédrale Saint-Joseph et le temple Bach Ma, le plus ancien de Hanoi. Demain, nous irons voir la citadelle. Si tout va bien, cela sera notre dernière visite à Hanoi, avant de prendre la direction du Laos.

IMG_8367.JPG

Randonnée dans le parc national de Cat Ba

Notre troisième journée sur l’île de Cat Ba débute sous un ciel gris mais heureusement sec. Les leçons du matin terminées, nous entreprenons d’explorer l’île à mobylettes. On empile quelques couches de vêtements, on ferme les vestes jusqu’au menton et on part sillonner les routes de l’île en espérant qu’aucune averse ne viendra gâcher la balade.

Premier arrêt pour visiter la grotte de l’hôpital. Comme son nom l’indique, elle servit d’hôpital souterrain pendant la récente guerre du Vietnam. Pas de stalactites ou stalagmites mais des constructions en béton à l’intérieur de cette grotte: salle d’opération, dortoir, réfectoire, piscine et même salle de cinéma.

Un peu loin, nous nous arrêtons de nouveau devant l’entrée d’une grotte. Elle semble temporairement fermée au public: pas de guide, ni de guichet à l’entrée et l’éclairage ne fonctionne pas. Nous nous y engageons à la lueur de nos lampes de poches. La grotte est aménagée mais un peu difficile à explorer: par endroits, le passage se rétrécit fort, puis s’agrandit à nouveau. Lorsque le conduit devient trop étroit, les plus petits font demi-tour avec leur maman tandis que Lise continue l’exploration avec son papa. Ces derniers font également demi-tour un peu plus loin, mettant un terme à l’expédition spéléo. Nous ne saurons pas où menait le passage.

De retour sur les motos, nous continuons jusqu’aux portes du parc national de Cat Ba. Nous n’avions pas prévu d’y faire une randonnée car la pluie menaçait en début de journée, mais il est maintenant 15h et le ciel s’éclaircit par endroits. Renseignements pris, il est possible d’effectuer la randonnée conduisant au pic Ngu Lam en moins de 2 heures. Nous voilà donc partis. Nous n’avons pas de sac à dos pour porter Lucie, mais elle a déjà prouvé son endurance et nous comptons sur elle pour grimper jusqu’au sommet. Motivation supplémentaire pour les enfants: nous savons qu’une géo-cache se trouve près du sommet et nous espérons la dénicher.

Le sentier grimpe au milieu d’une jungle luxuriante. Après un grosse demi-heure de marche, la pente devient plus abrupte, et à l’approche du sommet, le sentier s’apparente presque à une voie d’escalade. Lise et Loïc grimpent sans encombres, tandis que nous croisons un groupe d’ouvriers d’entretien du parc qui redescend dans la vallée. Un à un, ceux-ci se relaient pour hisser Lucie quelques mètres plus haut et la voici rapidement sur la plateforme d’observation, au sommet de la montagne. L’ascension en valait la peine, la vue est à nouveau magnifique.

imageDans notre précipitation pour grimper les derniers mètres, nous avons négligé la cache et nous redescendons un peu pour la chercher. Il faut faire vite car le jour baisse déjà. Après 10 minutes de recherche, la voici! Les enfants, et particulièrement Lucie, sont ravis. La descente est ensuite facile et rapide, mais la nuit est tombée lorsque nous regagnons nos motos. Nous n’aimons pas beaucoup conduire la nuit, mais la distance est courte et la route peu fréquentée, et nous sommes rapidement de retour en ville après cette journée bien remplie.

L’hiver au Vietnam

C’est lors de notre séjour sur l’île de Cat Ba que nous avons découvert l’hiver vietnamien. Nous sommes arrivés sur l’île un 30 novembre, dans une ambiance délicieusement tropicale: température agréable, avec une légère brise de mer tiède, soleil couchant magnifique.

Le 2 décembre au réveil, le temps est gris, maussade et surtout,… Il fait froid! Une quinzaine de degrés à peine, un petit vent et une pluie fine qui glacent encore plus. C’est essentiellement le changement brusque de température qui est à l’origine de cette sensation de froid. Manque de chance: afin de voyager légers, nous avons laissé la plupart de nos vêtements chauds dans la valise qui est restée dans notre chambre d’hôtes à Hanoi. Les enfants ont heureusement un pull chacun, mais Lise a mouillé le sien lors de l’excursion en kayak dans la baie d’Halong. Elle s’emmitoufle dans une grande jupe de sa maman pour se réchauffer.

Les leçons du matin finies, nous décidons de tenter une petite sortie. Il pleut toujours finement et nous optons pour une découverte d’un site proche, le fort du canon, qui domine la petite ville de Cat Ba. 177 mètres de dénivelé à grimper, cela réchauffe. La vue au sommet est absolument splendide, et cela par une journée grise et pluvieuse. On imagine aisément la beauté du paysage par temps clair. Le fort, construit dans les années 40 dans ce lieu hautement stratégique, aux portes de Hanoi, comporte quelques tranchées, des bunkers et bien sûr, des canons. Les enfants sont ravis d’explorer les lieux.

De retour en ville, petite séance de shopping pour Lise qui grelotte sans son pull. Marchandage obligatoire, méthode François-Xavier: on propose un prix bien en dessous de celui annoncé par le commerçant et lorsque ce dernier refuse, on tourne les talons pour partir. Dans la majorité des cas, le commerçant accepte très vite la transaction au prix proposé, et si ce n’est pas le cas, on tente sa chance ailleurs. Voici Lise bientôt propriétaire d’un nouveau jeans et d’un pull bleu à paillettes, un peu kitsch mais ravissant!

Plus qu’à récupérer nos doudounes à Hanoi et nous seront parés pour l’hiver au Vietnam!

Pin-Pon Pin-Pon (bis)

La journée avait pourtant bien commencé (mais elle ne s’est pas mal terminée quand même). Nous avions décidé d’aller au Vinpearl Water Park de Hanoi. C’est un parc aquatique intérieur. Après deux trajets en bus, nous y arrivons. Il y a deux parties dans le parc, une pour les petits et une autre pour les grands enfants.
Lise, Loïc et Lucie commencent par s’amuser dans la partie destinée aux plus petits.Quelques toboggans, un énorme seau d’eau qui se renverse dès qu’il est plein, et diverses autres petites attractions font le bonheur des enfants.
Passons ensuite aux choses sérieuses : papa et Lise décident d’aller dans la « Thrill zone ». Effectivement, les attractions sont plus impressionnantes. Il faut mesurer 1m40 au minimum pour les faire mais bon, au Vietnam parfois les règles sont plus souples.
Après avoir fait presque toutes les attractions en duo, papa décide de faire seul l’attraction « kamikaze ». C’est un boa qui commence a la verticale. On est enfermé dans une capsule, le sol se dérobe sous les pieds et on dévale le boa a une vitesse vertigineuse.
Lise attendait tranquillement papa à l’arrivée. Elle était tellement contente de le retrouver vivant qu’elle s’est élancée vers lui et … elle a glissé et est tombée sur son bras.
Lise n’est pas une douillette et nous avons compris après quelques minutes que c’était sans doute un peu plus sérieux qu’un bleu.
Allez, c’est parti, papa se rhabille et emmène Lise à l’hôpital de Hanoi. On y était déjà venu la veille, papa avait rdv chez le dentiste car il s’était cassé une dent.
Nous sommes pris en charge directement. Un orthopédiste, puis quelques radios et le verdict est simple : une cassure au niveau de l’épaule, heureusement pas trop sérieuse. Le plâtre n’est pas nécessaire. Lise doit porter le bras en écharpe pendant deux semaines. Elle sera retapée quand nous arriverons au Laos.
Nous sommes ensuite rentrés en bus tous les deux. Un bon dîner soupe-sandwiches, un jus de fruit de la passion et une petite sieste nous remettent d’aplomb.
Maman est rentrée avec Lucie et Loïc vers 18h, et nous sommes ressortis manger un hot-pot. Tout est bien qui finit bien.

Lise fait sa première radio
Lise fait sa première radio
La radio du bras de Lise
La radio du bras de Lise
La sortie de l'hôpital avec le sourire
La sortie de l’hôpital avec le sourire

Les baies de Lan Ha et d’Halong

Nous sommes arrivés ce dimanche 30 novembre sur l’île de Cat Ba. Cette île est le point de départ de nombreuses excursions dont l’une notamment mène dans la baie d’Halong. Nous n’étions pas certains de vouloir visiter cette célèbre baie. La plupart des excursions, organisées au départ de Hanoi, sont soit hors de notre budget soit peu recommandées tant la prestation est de piètre qualité. Des hordes de bateaux, des eaux polluées, des sites dégradés… Les échos de voyageurs mécontents font frémir.

Ce sont d’autres voyageurs qui nous conseillent de nous rendre sur l’île de Cat Ba. Cette île est proche de la baie de Lan Ha, similaire à la baie d’Halong, mais à l’écart du tourisme de masse. De plus, l’île en elle-même mérite une visite. Arrivés sur l’île, nous so mmes immédiatement convaincus d’avoir fait le bon choix: en cette fin d’après-midi, le temps est splendide, le petit port, paisible et le soleil couchant sur la baie, magnifique.

IMG_1021.JPG

Nous réservons immédiatement notre excursion: celle-ci nous conduira dans la baie de Lan Ha puis dans une partie de la baie d’Halong elle aussi à l’écart des circuits touristiques les plus populaires. Départ le lendemain matin à huit heure précise et petite déception: le ciel est gris, nuageux. Tant pis pour les photos époustouflantes!

Après une heure de croisière dans la baie de Lan Ha, nous atteignons la baie d’Halong. A vrai dire, c’est notre guide qui nous en informe: les formations géologiques des deux baies sont tout à fait comparables et remarquables. Pour un novice, impossible de s’orienter dans ce labyrinthe d’îlots verdoyants à perte de vue.

IMG_1024
La baie d’Halong (ou était-ce celle de Lan Ha?)

Le bateau s’immobilise enfin pour nous permettre de monter à bord de kayaks. Les kayaks sont le meilleur moyen d’explorer la baie. C’est magique: on pénètre dans des cavités à peine visibles et on ressort dans un lagon isolé, encerclé par les montagnes de karst. Il pleut légèrement et l’air est devenu plus frais, mais il suffit de plonger sa main dans l’eau pour se rappeler que nous sommes sous les tropiques. Surprise de taille: notre guide nous indique de minuscules point noirs sur la falaise. Ce sont des langours de Cat Ba, une espèce rare dont seuls quelques dizaines d’individus subsistent à l’état sauvage. En se rapprochant, on les distinguent facilement: des petits singes à longue queue, au pelage noir et dont la tête est bordée de brun et de blanc.

imageimage

Les langours de Cat Ba
Les langours de Cat Ba

De retour sur notre bateau, un copieux repas nous attend. Nous continuons ensuite notre croisière jusqu’à notre second point d’ancrage. Nous sommes à proximité d’une petite plage sur un îlot que notre guide nous propose de rejoindre à la nage. Il bruine toujours, les quelques voyageurs qui nous accompagnent dans cette croisière déclinent poliment l’offre. Seuls François-Xavier, Lise et Loïc se jettent à l’eau, littéralement. Joëlle et Lucie gagnent le rivage en kayak. Certes, le beau temps n’est pas de la partie, mais la température de l’eau est réellement agréable.

Il est temps de rentrer au port. Sur le retour, la pluie s’intensifie et les montagnes se nimbent dans un voile de brouillard. Au cours de cette excursion, nous n’avons pas croisé plus d’un dizaine de touristes; une superbe expérience bien différente de celle de nombreux visiteurs.

Spectacle de marionnettes sur l’eau

Les spectacles de marionnettes aquatiques sont une tradition au Nord-Vietnam. Pour clôturer une journée bien remplie, quoi de plus plaisant qu’une séance de spectacle au théâtre de Hanoi? Dans la petite salle bondée, quelques musiciens, deux chanteuses et la scène, inondée. Après quelques chants, les marionnettes apparaissent. Elles sont en bois peint et semblent flotter toute seules sur l’eau.

Le spectacle est une succession de scènettes qui narrent la vie quotidienne des paysans ou racontent une légende. Des villageois qui chassent ou pêchent, des poissons, des oiseaux multicolores, des dragons qui virevoltent en crachant des étincelles de feu… C’est très gracieux et joli et cela fascine les enfants. Une belle découverte d’un autre aspect de la culture vietnamienne!

 

Le musée des femmes

Avec quelques jours de délai, Lise vous fait part de ses impressions lors de notre visite du musée des femmes. Aujourd’hui nous somme allés au musée des femmes. Nous avons commencé par le quatrième étage et nous avons vu la mode des femmes. Ensuite nous sommes allés au troisième étage. Nous avons vu l’histoire des femmes qui se battaient pendant la guerre du Vietnam. Au deuxième étage, nous avons les instruments de pêche, de culture du riz et de fabrication de la farine de maïs. Pour faire la farine de maïs, on a essayé à la fin une machine très difficile à tourner. On a aussi essayé de porter des paniers pleins de noix de cocos. Au premier étage, nous avons découvert les costumes de mariage et des photos de bébés. C’était très chouette, même si on ne comprend pas toujours bien les textes en Français sur les murs.

Lise s'entraîne au portage.
Lise s’entraîne au portage.
IMG_0994-0.JPG
Lise et Loïc essayent de moudre le grain.
IMG_0996-0.JPG
Lucie et Loïc en tenue traditionnelle de mariage