Archives de Catégorie: Thaïlande

Bangkok en famille

Nous voici de retour à la « maison », à Bangkok, notre point de chute en Asie. Nous retrouvons l’appartement que nous louons habituellement, dans « notre » rue, la rue Nakhon Chaisi. Nous retrouvons les stands de nourriture de rue, les jus de fruit, les salades de papaye. Et surtout, nous sommes de nouveau réunis, après 2 mois. Après un court vol, nous nous retrouvons enfin, au hall des arrivées de l’aéroport de Don Muang!

Cette étape n’est qu’une escale, notre vol pour l’Inde est prévu 3 jours plus tard. Nous agrémentons nos journées studieuses de quelques visites encore inédites, alors que nous pensions avoir arpenté Bangkok de long en large.

  • Nous nous rendons à la ferme des serpents de la Croix Rouge. L’endroit abrite un petit serpentarium, une exposition passionnante sur lesdits reptiles et surtout une démonstration de manipulation des serpents. Vraiment impressionnant et intéressant. (Tarif : 200BHT par adulte, 50 pour les enfants)
  • Les enfants vont se faire des frayeurs sur un plancher de verre à 300 mètres de haut au sommet de la tour Mahanakhon. Très spectaculaire!

C’est presqu’à regrets que nous quittons notre ville et notre appartement pour prendre un vol de nuit pour Chennai. 

La famille s’est agrandie le temps d’une photo.

Happy Songkran

Enfilez votre chemise à fleurs, chargez votre fusil à eau, protégez vos effets personnels dans une pochette étanche et préparez-vous à affronter le déluge. 

Mi-Avril, pour le nouvel an bouddhiste, toute la Thaïlande vit au rythme de Songkran, la fête de l’eau pendant 4 jours. 

Au départ une simple façon de laver symboliquement les fautes du passé, la tradition d’arroser famille, amis et voisins de quelques gouttes d’eau s’est muée par endroit en une bataille sauvage et désorganisée, à coup de bassines, seaux et jets d’eau, et surtout d’armes en plastique coloré.

Bangkok, la capitale, est bien sûr le théâtre de batailles débridées, dans le quartier de Silom, par exemple. Ailleurs, la fête est plutôt bon enfant, les résidents installent des piscines gonflables sur les trottoirs de la ville et les enfants arrosent gaiment les passants. 

Alors, lancez-vous à l’eau et jetez-vous dans la mêlée ! « Sawadee Pee Mai », bonne année !

La fête en vidéo!

Quelques conseils pour fêter Songkran avec des enfants :

– Inutile de tenter d’éviter le déluge, il vaut mieux s’équiper en conséquence et profiter de la fête.

– A ne pas oublier: la crème solaire, et la gourde d’eau potable. Ce n’est pas parce que l’on est trempé et que l’on a même parfois froid que l’on n’est pas sensible au soleil et à la chaleur.

– Pratique : un sac étanche avec des vêtements de rechange, pour le trajet de retour. Les batailles d’eau sont interdites sur tout le réseau de métro.

– Les parcs urbains sont parfaits pour faire la fête avec de très jeunes enfants. Les batailles d’eau y sont moins violentes, mais tout aussi amusantes pour les enfants, Thaïs ou non.

Koh Kood, une île paradisiaque du golfe de Thaïlande

La Thaïlande est particulièrement réputée pour la beauté de ses îles, même si nombreuses sont celles malmenées par le tourisme de masse.

Koh Kood est un joyau aux confins du golfe de Thaïlande, une terre éloignée à la frontière du Cambodge. Isolée et sereine. Certes, l’île n’échappe entièrement au développement touristique. Lorsque nous l’avions visitée 4 ans auparavant, l’île n’offrait que peu de boutiques et de restaurants et le choix d’hébergement était limité à quelques établissements, souvent de catégorie supérieure. Nous avions alors particulièrement apprécié de dénicher un logement à un prix imbattable, un petit bungalow rustique isolé dans une cocoteraie, et jouissant de la proximité de plages idylliques.

4 ans plus tard, les bungalows tout confort se sont multipliés dans la cocoteraie. Le petit restaurant familial que nous aimions tant a disparu, mais l’offre de restauration s’est généreusement étoffée. Quelques boutiques se sont ouvertes, les distributeurs de billets ont fait leur apparition, tout comme quelques bars, pharmacies et autres salons de massage.

Heureusement, l’île conserve son charme et sa sérénité. Une eau turquoise lèche des plages de sable blanc bordées de cocotiers, la jungle envahit l’intérieur des terres. A Koh Kood, l’envers du décor est aussi magnifique que la façade.

Notre séjour en vidéo:

Notre hébergement : Far East Resort Koh Kood, bungalow basic pour 4 personnes à 700 THB par nuit.

Notre restaurant préféré : Chaiyo, à côté du resort. Service lent et assez indifférent, mais la nourriture est absolument délicieuse. La plupart des plats sont à 60 THB, ce qui est bon marché sur l’île.

Pour aller à Koh Kood, nous avons testé pour la première fois la formule «tout compris» : transport du centre de Bangkok au ferry en bus confortable, traversée en bateau rapide et transfert jusqu’à notre hôtel. Une formule très pratique et d’un bon rapport qualité/prix, sélectionnée sur bookaway.com avec l’agence Boonsiri.

Bangkok, home sweet home

Retour à Bangkok, quelques années plus tard, sans doute la ville d’Asie que nous avons le plus arpentée. Nous y avons nos petites habitudes, un hotel confortable au nord de la ville, à courte distance du fleuve Chao Praya, à l’écart d’une rue très animée où se trouve une foultitude de stands de nourriture.

Nous y passons une semaine tranquille, entre leçons et baignade, avant d’accueillir capucine qui nous accompagne pour la suite du voyage.

Nourriture de rue, balades à Chinatown ou dans les grands centres commerciaux, quelques images de ces journées…

Immersion dans la Thaïlande ultra-touristique: aux environs de Krabi

En mettant tous nos séjours bout à bout, nous avons séjourné plus de trois mois en Thaïlande et nous commençons à bien connaitre le pays, à l’exception toutefois de la région qui est pourtant la plus touristique, celle des îles et les plages du sud.

En route pour la Malaisie, c’est l’occasion pour nous de découvrir cet autre visage de la Thaïlande. Le choix de l’itinéraire est difficile: où faire étape? Dans cette région, il existe des centaines d’îles, des milliers de plages et bien plus d’hébergements encore. C’est une compagnie aérienne low-cost qui choisira la destination pour nous: un billet d’avion à un prix imbattable, mois cher que le train ou le bus, pour rallier Bangkok à la ville de Krabi. Nous trouvons facilement un hébergement familial confortable, à proximité de la plage et à une vingtaine de kilomètres de la ville.

La région de Krabi est très belle, pics karstiques qui dominent la côte, longues plages, mer turquoise d’où émergent des îles boisées, et la civilisation très présente. La route qui mène à la plage est bordée d’établissements pour accueillir les nombreux touristes: hôtels luxueux, restaurants et bars branchés, agences de voyage, salons de massage… Cependant, la saison touristique s’achève déjà. Restaurants, bars et plage sont quasiment déserts.

A la plage
A la plage

Comme les prix des transports, excursions, restaurants sont assez élevés, nous nous contentons d’activités bon marché, baignade et jeux sur la plage, et de repas simples, pris dans un restaurant local. Rien d’exceptionnel à vous raconter donc, mais nous avons passé une semaine agréable et les enfants se sont bien amusés.

IMG_1876

Bangkok avec les enfants

Nous commençons à bien connaître Bangkok et nous avons visité de nombreux sites touristiques de la ville. Pas tous, loin s’en faut, Bangkok est une ville qui regorge de curiosités.

Pour nos derniers jours dans la capitale, on se laisse guider par Karen, une amie péruvienne, qui réside à Bangkok depuis quelque mois avec son mari et sa petite fille de deux ans et demi. Notre première expédition nous mène au parc Lumpini, le plus grand parc de la ville, très fréquenté par les familles en mal de verdure. Il y a un lac, des pelouses, une plaine de jeux. Pour le plus grand plaisir de Lise, on commence par une petite excursion en pédalo sur le lac avant de se rendre à la plaine de jeux.

Le lendemain, on découvre le Children’s Discovery Museum, un grand musée, gratuit, dédié aux enfants. Jeux de constructions, déguisements, expériences scientifiques, les petits bourlingueurs peuvent toucher à tout, et ils adorent. On reviendra, c’est sûr!

Songkran, la fête de l’eau

Avec nos petits malades, nous passons quelques jours à Bangkok, au calme dans notre résidence, alors que dans les rues de la ville, c’est la fête. Du 13 au 15 avril 2015, c’est Songkran, la fête de l’eau, le nouvel an bouddhiste en Thaïlande. La fête s’accompagne d’un rituel de purification, qui consiste à arroser délicatement d’eau fraîche les statues de Bouddha, mais aussi les voisins, les amis, les passants… Dans les faits, la fête se transforme en une gigantesque bataille d’eau dans les rues de la capitale.

Le deuxième jour de Songkran, les enfants sont presque rétablis et nous décidons de prendre part à la fête en nous rendant à Khao San Road, le quartier des touristes routards: une succession d’auberges miteuses et bon marchés, de salons de massage, de restaurants aux menus standardisés et de magasins de souvenirs « made in China ». D’ordinaire, nous évitons le quartier, mais nous savons que, pour Songkran, touristes et locaux se retrouvent dans la rue pour faire la fête.

Armés de pistolets à eau, nous voici partis pour explorer le quartier. Au début, on essaie d’éviter les jets d’eau. C’est peine perdue, nous sommes rapidement trempés. Lise s’amuse beaucoup et troque rapidement son petit pistolet contre une arme de plus gros calibre. Loïc et Lucie sont plus méfiants et se réfugient souvent derrière leur maman.

Après la bataille, on se dirige vers un petit parc où la fête continue, de manière plus calme cette fois. Il y a des attractions foraines, gratuites pour les enfants. Heureusement, nous avons pensé à prendre des vêtements de rechange. Bien au sec, les enfants profitent pleinement de la fête!

Retrouvailles à Bangkok

Après une séparation de deux semaines, nous avons retrouvé Lise et François-Xavier à Bangkok. Leur avion a atterri à 5h du matin et ils sont venus nous réveiller dans notre chambre avec du bon pain belge, du chocolat, de la pâte à tartiner… Miam!

L’après-midi, première sortie en famille… à l’hôpital BNH de Bangkok! Les hôpitaux de Bangkok sont très réputés pour la qualité de leurs prestations. Fauteuils moelleux, lustres, la salle d’attente de cet hôpital fait plutôt penser au lobby d’un hôtel de luxe. Direction le service pédiatrique pour Loïc et Lucie, qui ont de fortes fièvres depuis quelques heures. Après quelques analyses, le verdict tombe: grippe de type A. Eh oui, il est possible d’attraper la grippe par 35°c. Nous recevons le traitement adéquat. Diagnostique rapide et service impeccable, nous vous conseillons vraiment cet hôpital si, un jour, vous tombez malade à Bangkok. Cela si toutefois, comme nous, vous êtes bien assurés, car le prix des prestations est élevé.

Voilà pourquoi nous sommes restés quelques jours supplémentaires à Bangkok, en attendant que les petits bourlingueurs se rétablissent.

Kamphaeng Phet à vélo

Kamphaeng Phet est une petite ville du Nord-Ouest de la Thaïlande. Notre arrêt dans cette ville constitue notre avant-dernière étape avant de passer la frontière birmane. Nous prenons notre temps et profitons des quelques jours qui restent avant l’expiration de notre visa thaïlandais pour visiter cette cité peu touristique, qui abrite pourtant des vestiges remarquables, datant de l’époque Sukhothai. Située à moins de cent kilomètres de Sukhothai, Kamphaeng Phet fut une cité prestigieuse et florissante au XIVème et XVème siècles.

Moins impressionnantes que celles de Sukhothai, mais néanmoins très belles, la plupart des ruines sont disséminées dans un grand parc ombragé. L’ombre est bienvenue, car la chaleur est maintenant étouffante. Nous avons loué des vélos pour explorer l’endroit: les plus petits ont grimpé à l’arrière de nos bicyclettes et Lise chevauche un vélo pliable pour adulte, dont la selle a été abaissée. Le vélo est le moyen de transport idéal pour découvrir le site: les larges allées sont désertes, on se faufile aisément sur les sentiers de terre, on longe les ruines pour s’arrêter au plus près des temples. On s’essaie au geocaching, mais le site est si peu fréquenté que la plupart des caches ont disparu, faute d’entretien – nous en trouverons tout de même deux. Après une belle balade, malgré la chaleur parfois éprouvante, nous quittons le parc pour visiter encore  deux temples en ruines, situés eux au coeur de la cité. On termine la journée par un petit tour à la foire qui s’est installée en centre-ville, et par un délicieux repas dans un restaurant spécialisé dans les barbecues.

Le lendemain, il fait plus chaud encore: les vélos nous serviront à rallier la piscine municipale, récente et spécialement conçue pour les enfants. Un peu de frais et beaucoup de plaisir pour nos petits bourlingueurs!

Petites balades dans Bangkok

Nous avons passé encore quelques jours à Bangkok avant de nous diriger vers l’Ouest et la Birmanie… nous en avons profité pour étudier ou plonger dans la piscine de l’hôtel. C’est le début de la saison chaude en Thaïlande, un peu de fraîcheur est toujours bienvenue.

Nous avons fait un peu de tourisme également: il y a tant de sites à visiter à Bangkok! Flâneries dans les ruelles de Chinatown, jusqu’au Wat Traimit, qui abrite une magnifique statue de Bouddha en or massif! Celle-ci pèse plus de deux tonnes. Malgré le flot de touristes qui nous entoure, les bourlingueurs sont ravis de retrouver l’atmosphère sereine d’un temple. Le lendemain, nous empruntons à nouveau le bateau-bus du fleuve Chao Praya pour nous rendre au musée des barges royales. Ces barges, qui ont pour certaines plus d’un siècle, sont utilisées chaque année pour une majestueuse parade sur le fleuve. Loïc est très impressionné par les grands bateaux qui peuvent accueillir plus de 50 rameurs!