Archives de Catégorie: Brésil

Les aventuriers du Pantanal

Le Pantanal, la plus grande étendue marécageuse au monde, était une découverte très attendue depuis que Géronimo Stilton, le héros de littérature enfantine, y a posé ses pattes.

Pour pénétrer dans le Pantanal, nous empruntons l’Estrada Parque, une des rares pistes qui s’enfonce dans le marécage. Autour la digue surélevée, des étendues d’eau parsemées de verdures, des bosquets, des rivières abritent une myriade d’oiseaux, hérons, martins-pêcheurs, aras, cara-caras, toucans et tant d’autres que nous ne pouvons nommer. Nous ne tardons à apercevoir l’animal que nous sommes impatients d’observer : le caïman.

Nous posons notre tente dans l’un des rares campings du Pantanal, au bord de la rivière et décidons d’embarquer pour une excursion qui nous permettra de découvrir le marais sous l’angle le plus naturel, au fil de l’eau, en barque. Nous voici glissants le long des berges, proches des caïmans qui se chauffent au soleil, des oiseaux qui s’envolent à notre passage. Paisible promenade alors que sous la surface sombre de l’eau se dissimulent de redoutables prédateurs. Arrivés au terme de la balade, nous accrochons de petits morceaux de viande saignante à l’hameçon de notre canne de bambou et lançons l’appât. Etrange façon de pêcher, en quelques secondes notre ligne s’enfonce dans les profondeurs, des poissons voraces déchiquettent la viande crue, les piranhas se régalent. Redoutables, mais plutôt insaisissables, nous parviendrons tout de même à en pêcher suffisamment pour une délicieuse friture le soir même.

Le lendemain, nous reprenons la route à travers le Pantanal, traversons le rio Paraguay pour rejoindre la ville frontière de Corumba. Après un dernier repas au Brésil et quelques formalités douanières, nous voici en Bolivie pour de nouvelles aventures.


Pour les familles d’aventuriers:

La pousada Santa Clara, le long de l’Estrada Parque, est l’une des rares pousadas à offrir un espace de camping (simple mais agréablement situé au bord de la rivière). C’est le point de rendez-vous de tous les bourlingueurs et voyageurs à petits budget: vu les prix prohibitifs de l’hébergement (et des excursions) pratiqués par les autres prestataires de services de la région, il est difficile de faire autrement. Nous avons été satisfaits du rapport qualité-prix: 40 reals par nuit pour planter notre tente en famille, 160 reals pour une excursion en famille de 3 heures, en barque, avec pêche aux piranhas, dégustation et un guide anglophone sympathique.

Le monde aquatique de Bonito

Notre avant-dernière étape au Brésil, Bonito, est une petite ville du Mato Grosso du Sud. Bonito est situé dans une région boisée, agréable, qui abrite grottes et cascades. Des rivières d’une pureté cristalline naissent et s’écoulent dans les environs, des eaux claires dans lesquelles on se laisse flotter au gré du courant en observant les myriades de poissons.

Arrivés sous la pluie, nous attendons une éclaircie pour pleinement profiter de l’excursion. Installés dans une auberge de jeunesse très sympathique, nous étudions, cuisinons, lessivons, et allons déguster une patisserie en ville ou déjeuner chez de nouveaux amis brésiliens. Une semaine bien agréable, couronnée par une superbe excursion sous un soleil éclatant, dans des eaux transparentes, entourés de centaines de poissons colorés.

Quelques images de Bonito, en attendant une meilleure connection internet pour les videos.

 


Pour les familles de voyageurs:

  • Pour l’hébergement, nous vous conseillons le Bonito HI Hostel: super accueil, très propre, infrastructures en très bon état.
  • L’excursion Aquario Natural est vraiment bien adaptée pour les familles avec de jeunes enfants: équipment très professionnel, dans toutes les tailles, guide très attentif envers les enfants, possibilités de faire un partie du parcours en barque pour les petits nageurs fatigués et tarif favorable aux familles car les enfants ne paient que 10% du prix de l’excursion!

 

Quelles magnifiques chuuuuuutes!!!

Le titre de cet article est extrait du livre favori de Loïc (Géronimo Stilton, Bons baisers du Brésil). Les enfants sont impatients de découvrir l’endroit où Géronimo Stilton, le héros de littérature enfantine a fait le grand saut. Les adultes aussi sont impatients, et les attentes ne sont pas déçues. Les chutes sont telles que l’on se l’imagine, majestueuses et magnifiques.

Sur les conseils d’autres voyageurs, nous avons visité, en deux jours, les parcs nationaux qui abritent les chutes, d’abord du côté brésilien puis du côté argentin. Les fabuleuses vues dégagées sur les cataractes côté brésilien et les longues balades dans la jungle agrémentées de nombreux points de vue côté argentin permettent d’apprécier pleinement cette merveille de la nature.

Toujours sur les conseils de voyageurs, nous effectuons la visite du magnifique parc des oiseaux, à proximité de l’entrée du parc national, côté brésilien. Deux très belles journées!

Les cataractes en quelques photos:

 

Au parc des oiseaux:

 

La faune du parc des chutes:


 

Découverte du Brésil: à Curitiba

Curitiba est une ville-étape, sur le trajet qui va nous mener aux chutes d’Iguaçu. Nous mettons à profit cette halte pour visiter le musée Oscar Niemeyer, un musée d’art, d’architecture et de design dans un bâtiment étonnant.

La surprenante architecture met en valeur les oeuvres exposées, des longues pièces à la lumière crue aux puits de lumières. L’étrange oeil de métal perché sur un pilier de béton abrite une exposition d’art moderne. Les enfants se passionnent pour les maquettes reproduisant les bâtiments conçus par le célèbre architecte, à Curitiba, à Brasilia ou ailleurs, et découvrent avec intérêt des oeuvres d’art moderne japonais. Ce musée est vraiment une très belle découverte.

L’après-midi est consacrée à la recherche de chaussures de randonnée pour Loïc. Deux Décathlon et un immense centre commercial plus tard, nous avons enfin trouvé ! Nous sommes prêts pour continuer la route le lendemain en direction des chutes.

 


En pratique pour les voyageurs:

  • Pour l’hébergement, nous avons choisi l’hôtel Ibis Budget. La chambre triple est bon marché (nous y avons dormi à 5), le petit-déjeuner est gratuit pour les jeunes enfants,  le parking de l’hôtel est bon marché et sécurisé.
  • Le musée Oscar Niemeyer est gratuit pour les enfants (24 réals pour les adultes). 

 

Découverte du Brésil: Florianopolis et la plage

Afin de profiter du beau temps annoncé, nous voici repartis en direction de Florianopolis, ou plutôt l’ile de Santa Catarina, dans l’état du même nom.

L’ile, touristique sans être surdéveloppée, offre de nombreux attraits : à l’ouest, la ville de Florianopolis, au nord, est et sud, de belles plages, au centre, des lacs et des collines envahies par la forêt atlantique. Nous choisissons de séjourner au sud, moins touristique, dans le village d’Armaçao.

Le secteur offre plusieurs possibilités de randonnées. Nous en sélectionnons une qui, au départ d’Armaçao, passe par la plage de Matadeiro, grimpe la colline boisée, longe la côte pour atteindre la belle et longue plage de Lagoinha del Leste. Le sentier escalade ensuite de nouveau la colline puis descend abruptement vers le village de Pantano et la civilisation. C’est une belle promenade de 9 kilomètres, plus difficile que nous le pensions en raison des sentiers escarpés.

Nous profitons aussi du soleil sur les plages, plutôt désertes alors que l’hiver approche. Enfin, quelques séances de lectures à l’Alliance Française nous permettent de faire de belles rencontres avec Gilles, le directeur de l’Alliance et sa famille, avec Laura, la stagiaire et Enya, la professeur de Français.

Sous la pluie, nous quittons précipitamment l’ile pour continuer notre route vers le nord.


Au mois de mai, c’est déjà l’automne à Florianopolis. Au nord, où les hébergements sont nombreux, il y beaucoup d’offres d’hébergement à prix cassés. Au sud de l’île, de nombreuses auberges étaient fermées pour la saison d’hiver. Nous avons quand même trouvé un hébergement bon marché (appartement avec 3 chambres et une cuisine, utile, car les restaurants sont fermés à cette saison) dans le village d’Armaçao.

Pour les randonneurs, Armaçao est un bon point de départ pour plusieurs randonnées dans la région. La randonnée Lagoinha del Leste est (partiellement) indiquée au départ d’Armaçao (mieux vaut tout de même avoir un GPS avec soi – la randonnée est visible sur Maps.me), le retour se fait facilement en bus depuis l’arrêt de bus de Pantanao.

 

 

Découverte du Brésil: dans l’état du Rio Grande do Sul

Une nouvelle aventure commence, nous allons passer quelques semaines au Brésil et découvrir un petit morceau de cet immense pays.

Passage de frontière assez long, les douanes respectives sont éparpillées de part et d’autres de la ville de Chuy, mi-urugayenne mi-brésilienne et entièrement dédiée au commerce dédouané.

Il est presque 18 heures lorsque les formalités douanières sont acomplies. Nous nous étions promis de ne pas rouler la nuit, mais alors que le jour s’achève , il reste presque 200 kilomètres à parcourir avant d’atteindre la première ville brésilienne où nous pourrons loger. Commence dons un trajet nocturne assez pénible, car la route traverse une réserve écologique où les troupeaux de capybaras sauvages sont nombreux.

Rio Grande

La ville de Rio Grande est notre première étape au Brésil et le dépaysement est immédiat. Dépaysement linguistique tout d’abord: pour la première fois en 7 mois, nous visitons un pays dont nous ne parlons absolument pas la langue. Nous avons beau tendre l’oreille, il faut bien avouer que, comme Géronimo Stilton, le héros de littérature enfantine, on n’y comprend croûte.

Dépaysement démographique ensuite: contrairement aux paisibles villes urugayennes, les villes brésiliennes sont très verticales, forêts d’immeubles et de gratte-ciel. Le trafic aussi est très dense.

Et puis, pour notre plus grand plaisir, dépaysement culinaire: des légumes, enfin! Plutôt absents de la cuisine argentine et urugayenne, salades, broccolis, carottes, betteraves ont une large place dans les populaires buffets libres. On se régale!

Nous ne restons que quelques heures à Rio Grande, le temps de visiter le petit musée océanographique, et prenons la route en direction de la capitale de l’état du Rio Grande do Sul, Porto Alegre.

Porto Alegre

Délabrée, sale, bruyante, Porto Alegre a de plus la réputation d’être une ville dangereuse. Le taux de criminalité y est élevé, la ville figure au classement des 50 villes les plus dangereuses du monde. Et pourtant, nous y avons passé un excellent séjour! La voiture garé dans le parking sécurisé de l’hôtel, les objets de valeur déposés dans le coffre, nous nous promenons à pied dans le centre-ville, déjeuné dans le marché public ou dans d’excellent restaurants végétariens, visite de la cathédrale et de l’église Nossa Senhora das Dores, du musée d’art contemporain MERGS et du musée militaire.

A l’Alliance Française, nous faisons la connaissance de Cathy et décidons de prolonger un peu notre séjour afin de déjeuner ensemble, en famille, le lendemain et de passer une après-midi ensoleillée au parc. Enfin, le dimanche, la pluie nous contraint à décaler notre départ vers Florianopolis d’une journée, le beau temps est prévu pour la semaine suivante.