Archives de Catégorie: Découverte

Une journée au musée ethnographique

Ce matin, on se réveille, il fait beau, comme tous les jours depuis notre arrivée à Hanoi. Le petit déjeuner avalé, nous voilà partis.

Ici, la circulation est dense. Nous parcourons 2kms à pied, parfois à travers d’étroites ruelles, jusqu’à l’arrêt de bus. Pour s’orienter dans Hanoi, l’application Google Maps est parfaite: elle nous indique quels bus prendre pour aller n’importe où dans la ville. Nous attrapons le bus 38. Les enfants ne payent pas le trajet, les adultes payent seulement 0,25 cents, parfait!

Nous arrivons au musée ethnographique. Au Vietnam, nous pouvons assouvir notre passion pour les musées. Les enfants ne payent presque jamais l’entrée, et le ticket pour les adultes coûtent généralement entre un et deux euros. Les enfants adorent, les adultes aussi. Et ce musée n’échappe pas à la règle. Le premier bâtiment comporte des objets, des vêtements, des instruments de musique, des rites funéraires,… appartenant à des ethnies différentes. Il y a plus de 50 ethnies au Vietnam. Nous restons une bonne heure dans ce bâtiment.

Ensuite direction le restaurant – quelques nouilles, des nems fourrés au crabe et au porc, tout était délicieux. Lucie est encore un peu malade, un reste de laryngite, elle s’endort paisiblement sur un canapé. Loïc et Lise en profitent pour s’amuser dans le jardin du musée. Il est parsemé de maison traditionnelles, reconstruites à l’identique. Un terrain de jeu grandeur nature! Nous rejoignons les enfants quand Lucie se réveille.

La plus impressionnante  bâtisse est sans doute la maison commune de l’ethnie Banhar. Il faut y grimper par une étrange échelle en bois. Cette bâtisse est surmontée d’un immense toit en feuilles de bananier séchées! La deuxième maison qui nous a impressionnés est une habitation de l’ethnie Edê qui mesure 40 mètres de long, dans laquelle plusieurs familles habitaient. Certaines des maisons de cette ethnie peuvent atteindre 200 mètres de long!

 

Après cette extraordinaire exploration du jardin, nous prenons un délicieux petit goûter au restaurant : tartelettes au chocolat ou au citron.

Nous terminons par la visite de la partie du musée réservée aux coutumes et tradition des ethnies du sud-est asiatique. Y sont présentés des marionettes et des costumes traditionnels aux couleurs vives!

Quand nous repartons, l’après-midi est déjà bien avancée. Nous prenons un bus: retour à la maison, fin d’après-midi studieuse pour Lise, et repos bien mérité pour Lucie. Nous ressortons le soir pour manger une soupe de  nouilles aux escargots et aux bananes! Un délice!

Pour une visite guidée, consultez le site officiel du musée (en Français), ou suivez Lise et Loïc pour une balade (un peu) fantaisiste:

Temples modernes et anciens

Petit retour en arrière pour vous faire profiter de quelques visites de temples dans la province de Ninh Binh :

Le premier, le temple Bai Dinh, est l’un des temples les plus modernes du Vietnam. Ouvert depuis 2010, le projet pharaonique d’un temple bouddhiste de grande ampleur est partiellement inachevé, mais tout est déjà prévu pour accueillir le tourisme de masse: de larges parkings pour les bus de voyage, des voiturettes électriques pour transporter les fidèles jusqu’au pied du temple. L’ensemble est conçu dans la démesure: une esplanade immense, des statues innombrables et un escalier interminable qui conduit au sommet de la colline. Impressionnant!


Le site millénaire de Hoa Lu, à l’inverse, héberge deux des temples les plus anciens du Vietnam. A une dizaine de kilomètres de Bai Dinh, c’est un site paisible, niché au coeur des montagnes. Hoa Lu fut la capitale de la dynastie des Dinh au Xème siècle. De la citadelle, il ne reste que des ruines et deux temples encore debout. Nous grimpons également le long d’une colline pour jouir de la vue d’ensemble sur les vestiges de la citadelle. Il faut faire vite car la nuit va bientôt tomber.


Deux visites fort intéressantes, et très agréables, tout comme le trajet à mobylettes pour s’y rendre, sur une route large qui serpente au milieu des montagnes de karst.

Excursion au parc national de Cuc Phuong

Pour notre excursion dans le parc national de Cuc Phuong, nous louons une voiture avec chauffeur: la distance est trop longue pour être parcourue à mobylettes.

Le parc national de Cuc Phuong est le plus ancien du Vietnam. Il a été crée en 1962. Sa biodiversité est exceptionnelle, plus de 130 espèces de mammifères, 122 espèces de reptiles, 2234 espèces de plantes.

L’entrée de parc est à une trentaine de kilomètres de l’endroit où nous résidons, mais il faut encore parcourir une vingtaine de kilomètres à l’intérieur du parc pour atteindre le point de départ des randonnées.

Nous commençons l’excursion par une courte visite du centre de conservation des primates, situé à l’entrée du parc. Le personnel de ce centre recueille et soigne les animaux victimes du braconnage et tente de préserver les espèces menacées. Nous y observons les très rares langurs de Cat Ba, des gibbons et autres singes d’Asie du Sud-Est.

Un langur de Cat Ba
Un langur de Cat Ba

Juste à côté, nous faisons une courte halte dans un centre de conservation de tortues, qui tente de favoriser la reproduction et la réinsertion dans leur milieu naturel plusieurs espèces endémiques du Vietnam. Les tortues, autrefois nombreuses, sont devenues rares au Vietnam. La croyance chinoise prétend que la consommation de soupe de tortue garantit longévité; les tortues braconnées au Vietnam sont vendues à prix d’or en Chine.

Au centre de conservation des tortues
Au centre de conservation des tortues

Après cette visite, place à la randonnée ! Il nous faut d’abord rejoindre le point de départ des sentiers, au cœur de la jungle. Le sentier que nous choisissons fait une boucle de 6 kilomètres à travers la forêt et passe par quelques sites remarquables : grottes, points de vue, mais surtout un arbre millénaire, en plein cœur de la forêt vierge. La balade est magnifique, elle n’est cependant pas des plus faciles car le sentier est étroit et la végétation très dense. L’après-midi est déjà bien entamé lorsque nous regagnons notre point de départ.

Sur la route du retour, un petit arrêt pour explorer une grotte qui servit d’abris à un clan d’hommes préhistoriques. Il fait déjà nuit lorsque nous rentrons à notre hôtel, la journée a été bien remplie.

 

Bon anniversaire Lucie!

Lucie a eu trois ans ce 20 novembre 2014. Nous fêtons cela en famille. Nous résidons actuellement dans un petit hôtel, dans un cadre magnifique, à proximité de Ninh Binh, au centre-nord du Vietnam.

Difficile d’organiser un anniversaire familial, tel que nous les connaissons, au Vietnam. Les propriétaires de l’hôtel se sont occupés du gâteau et nous avions acheté hier quelques petits cadeaux au supermarché de la ville: un cahier de coloriage, un bracelet et des pinces pour les cheveux, un casque de moto modèle enfant pour nos futures balades. Lise et Loïc ont préparé des dessins.

Bon anniversaire Lucie!

The pub with cold beer

Pour notre troisième et dernier jour dans le parc de Phong Nha, nous choisissons un destination proche : une ferme isolée du village, surnommée « The pub with cold beer » . On peut y manger un poulet, attrapé, tué et cuit à la commande. La ferme est à une dizaine de kilomètres seulement, nous louons deux motos pour nous y rendre. Nous parcourons les huit premiers kilomètres sur une grande route en parfait état, puis bifurquons dans le chemin qui mène à la ferme. On nous a prévenu que le sentier était boueux. Dès les premiers mètres de chemin, notre petite expédition devient une grande aventure : la piste est quasiment impraticable tant il y a de boue. Les petites roues des scooters s’enfoncent à mi-hauteur, glissent, dérapent. Cela amuse beaucoup les enfants, mais c’est vraiment très difficile pour les conducteurs. Nous persévérons et atteignons finalement la ferme.

Nous commandons un poulet. C’est une expérience très intéressante pour les enfants, qui peuvent voir toutes les étapes de la préparation : abattage, plumage, nettoyage, cuisson. Et le résultat est délicieux.

Après le repas, il faut vite rentrer : le temps se couvre. S’il pleut, la piste deviendra tout à fait impraticable et nous serons incapables de rentrer. Nous nous engageons à nouveau sur la piste boueuse. Quelques kilomètres d’une rude épreuve et nous voici de nouveau sains et saufs sur la grande route. Retour rapide vers notre hôtel, car nous devons ensuite prendre le bus pour la ville de Dong Hoi où nous logerons avant de prendre, le lendemain, un train pour la ville de Ninh Binh. En bonus une petite vidéo du trajet en bus sur des routes… locales!

Les grottes de Phong Nha

La région du parc national de Phong Nha est magnifique: montagnes de karst, rizières… Cependant, ce sont les multiples grottes disséminées dans les montagnes qui constituent l’attrait principal du parc. Il abrite en effet la plus grande grotte du monde, ainsi que de nombreuses autres, spectaculaires.

La météo n’est pas favorable lors de notre séjour à Phong Nha : le ciel est gris et menaçant, les averses de pluie fine sont fréquentes. Nous n’irons pas visiter les grottes les plus éloignées du village où nous résidons : les tours organisés coûtent chers et nous ne souhaitons pas parcourir de longues distances à moto par ce temps instable.

Les grottes Phong Nha et Tien Son sont situées à proximité du village. Nous nous y rendons sous la pluie par un trajet en bateau à moteur (couvert) d’une demi-heure sur la rivière. A l’approche de la grotte Phong Nha, le batelier stoppe le moteur et nous continuons silencieusement sur la rivière souterraine. Après une belle balade, nous débarquons sur une plage souterraine : le trajet de retour se fait à pied au milieu des stalactites et stalagmites. Nos petits spéléologues sont tout à fait ravis de cette expédition.

La grotte Tien Son se trouve 200 mètres plus haut dans la montagne. Pour y accéder, il faut grimper 330 marches raides. L’ascension est difficile pour Lucie, mais la visite est grandiose.

Pour vous rendre compte de la beauté de ces grottes, regardez nos photos et vidéos.

La gastronomie au Vietnam

Nous avons quitté la ville de Hué ce matin pour nous rendre à une centaine de kilomètre plus au nord. Nos séjours à Hoi An puis à Hué furent particulièrement agréables et confortables: maison privée dans une ruelle calme à Hoi An, hotel luxueux à Hué. Surtout, ces deux villes sont renommées pour leur gastronomie et nous en avons amplement profité.

A Hoi An, la journée commençait par un petit déjeuner au marché: le plat favori des enfants est le banh xheo, une crêpe de farine de riz aux crevettes et soja, que chacun garnit généreusement d’herbes et de salade, puis enroule dans une feuille de papier de riz et trempe dans une sauce aux cacahuètes. Comme boisson, nous avions un large choix de délicieux jus de fruit fraîchement pressés: mangue, fraise ou fruit de la passion. Hoi An est une ville très touristique et on y trouve de nombreux restaurants de cuisine internationale; à midi, nous avons fréquemment mangé au restaurant indien. Pour un déjeuner plus simple, il y avait un très bon restaurant de banh mi, le sandwich vietnamien. A 16h, goûter au Reaching Out, un salon de thé raffiné dont le personnel est constitué de personnes sourdes-muettes. Ou au Cargo Club, une boulangerie-pâtisserie de style français. Avant le repas du soir, un petit cocktail apéritif dans un bar le long de la rivière en contemplant les lanternes sur le fleuve… Enfin, pour le soir, nous nous contentions de brochettes de viandes grillées dans des stands de rues sur le quai… ou d’un restaurant chic de « nouvelle cuisine » vietnamienne!

A Hué, nous avons bien sûr dégusté les délicieuses spécialités locales: des petits gâteaux salés à base de farine de riz, parfumés au porc ou à la crevette. Nous avons également déniché un restaurant très raffiné et cependant bon marché qui sert d’exquises salades de pamplemousses et de feuilles de bananiers.

Nous vous avons certainement mis l’eau à la bouche. Sachez cependant que nous avons quitté le Vietnam impérial pour une région rurale où la nourriture est moins élaborée. Ce qui est toutefois très plaisant au Vietnam, c’est la grande variété des aliments en fonction de la région visitée.

Mausolées, temples et monuments impériaux

Afin de poursuivre notre découverte de la cité impériale, nous louons des mobylettes pour visiter quelques monuments plus éloignés du centre-ville. Il en existe beaucoup, plus ou moins délabrés, datant de l’ère impériale. Les plus connus sont les majestueux tombeaux des empereurs, éparpillés dans la campagne aux alentours de Hué.

Pas besoin de guide, nous avons repéré les différents sites sur une carte avant de partir et à l’aide de la localisation par GPS, nous sillonnons les rues de Hué en direction de notre première étape.

La tombe de l’empereur Tu Duc est la plus proche de la ville, à 5 kilomètres de Hué. C’est un mausolée grandiose, sis dans un large parc, bordé d’un petit lac. (Pour l’anecdote, les restes de l’empereur ne gisent pas dans son tombeau, mais dans un endroit inconnu, où le souverain repose avec or et pierres précieuses…)

Impossible de visiter tous les sites funéraires en une journée. Pour notre deuxième étape, nous choisissons de nous diriger vers la tombe de l’empereur Ming Mang, bien plus éloignée de la ville et de son flux de touristes. Nous empruntons un raccourci, un chemin de terre qui longe la rive de la rivière aux parfums. Grâce à nos petites motos, nous nous faufilons partout; c’est bien plus amusant qu’un trajet en bus touristique.

La tombe de Ming Mang est sise dans un cadre splendide, c’est un plaisir de s’y promener. Sur le chemin du retour, nous lançons nos mobylettes à l’assaut d’un promontoire dominé par une gigantesque statue de Bouddha. Quelques kilomètres plus loin, à l’approche de la ville, nous stoppons pour contempler l’esplanade, un autre monument historique qui servait aux fêtes et célébrations impériales. Enfin, nous découvrons le monument qui sera notre dernière étape pour la journée: l’arène, peu visitée, dans laquelle les empereurs s’amusaient du spectacle de combats de tigres contre des éléphants. Le dernier combat eut lieu il y a à peine plus d’un siècle, en 1904.

La nuit tombe, il est temps pour nous de rentrer. Hué est une grande métropole, la circulation aux heures de pointe est dense et chaotique. Heureusement, nous avons gagné un peu d’experience de conduite, et nous ne sommes surpris ni par les véhicules qui roulent à contre-sens, ni par ceux qui grillent les feux rouges. Arrivés sans encombre au restaurant proche de notre hotel!

Pour vous en convaincre, voici un petit film, résumé de notre journée:

La cité impériale de Hué

Hué fut la capitale de la dynastie Nguyen (1802-1945). La ville est parsemée de monuments datant de cette époque impériale. La citadelle, une large forteresse au cœur de la ville, est un ensemble de bâtiments impressionnants, même si fortement endommagés par les guerres successives du vingtième siècle.

Nous avons commencé notre découverte de la ville par une visite à l’intérieur de l’enceinte de la citadelle. Celle-ci comprend des temples, des palais et la « cité pourpre interdite », la résidence privée de l’empereur, réservée à l’usage exclusif de celui-ci et de ses épouses et concubines.

L’ensemble est immense. Par endroits, les palais ont été restaurés. De la cité pourpre, il ne reste cependant que quelques pierres. Dans l’un des palais, les enfants regardent une vidéo intéressante, une reconstitution digitale de la cité. Pour le reste, nous marchons beaucoup pour contempler les vestiges éparpillés. C’est une belle mais fatigante balade. Après une courte pluie, le soleil est réapparut et il fait très chaud. En ces quelques heures, nous n’avons visité qu’une partie des monuments impériaux, nous continuerons la visite demain!

 

5 reasons to visit Hoi An with children

Hoi An is a beautiful ancient town. It is one of the most charming and most visited city in Vietnam. If you needed a reason to stop in Hoi An on your family trip, here are 5:

1. Let them run! The old town in the center of Hoi An is a pedestrian zone. There’s no honking and beeping of motorcycles, no ignored traffic lights, no walkways turned into parking lots. Children can walk, or run, safely and freely in the streets. Our kids truly enjoyed it and we walked the streets of Hoi An north to south, east to west, up and down. Beware of the many cyclos though!

2. It’s free! There’s an entrance fee to visit the well-preserved monuments of Hoi An, based on a voucher system. You pay 120.000 VND to receive five vouchers that give you each access to any of the 22 sites. You then pick and choose the places you want to visit. However, children may enter any site for free. To maximise their experience, mum and dad have not selected the same sites and the children have visited more than 10 monuments. 

3. It’s fun! Each visit will take you 10 to 20 minutes, short enough to keep children active and interested. It’s easy to fall back in time when entering the houses, shops and temples that have remained unchanged.

4. It’s yummy! Hoi An has lots of exquisite restaurant, local specialities or fine world food. For a sweet treat, head to the fine bakery of the Cargo Club or enjoy the atmosphere at Reaching Out teahouse, a social enterprise that employ hearing impaired people.



5. Let them enjoy sun and sea! Hoi An is also a beach destination. The Cua Dai beach is only few kilometres away from the city center and the An Bang beach is an infinite strip of white sand.



Come to Hoi An and you will find many more reasons why it is not to be missed with children.