Guerre civile

Nous quittons Trincomalee presque à regrets. Notre objectif est d’atteindre le nord de l’île, la péninsule de Jaffna. Au vu des distances, qui sont longues à parcourir au Sri Lanka, nous choisissons de faire une étape dans la petite ville de Mullaitivu, sur la côte nord-est.

Nous sommes désormais 6 voyageurs, car nous avons retrouvé François-Xavier, qui avait quitté le Sri Lanka pendant 3 semaines pour raisons médicales, et son ami Olivier qui nous accompagne dans notre périple.

La zone de Mullaitivu est tristement connue pour avoir été le théâtre des derniers affrontements de la guerre civile qui a déchiré le nord-est du pays pendant des décennies. Le conflit ethnique, politique, et religieux entre Singhalais bouddhistes et Tamouls Hindous a fait de nombreuses victimes depuis les années 80. Il a pris fin en 2009.

Les régions touchées par la guerre se reconstruisent peu à peu. Pour rejoindre Mullaitivu, nous embarquons dans un bus qui roule tantôt sur une petite route qui serpente le long de la côte, tantôt sur une piste, et traverse parfois les rivières sur des ponts de fortune.

Peu de choses à faire à Mullaitivu, la petite ville n’a guère d’autres attraits touristiques que sa longue plage, belle et étonnamment libre de déchets, mais peu ombragée. Nous apprécions de déambuler dans les rues désertes.

Afin de découvrir la région, nous louons les services d’un chauffeur de tuk-tuk qui nous emmènent voir les sites marqués par la guerre : l’épave du navire de commerce Farah, pris en otage par l’armée de Tigres Tamouls en 2006 et coulé par ces derniers, le paysage de Mullivaikkal, où eurent lieu les derniers combats et qui est encore criblé d’impacts de bombes. Nous échouons à pénétrer dans ce qui fut la base de sous-marins expérimentaux de l’armée Tamoule. Le site, brièvement ouvert aux touristes après la guerre, est désormais gardé par l’armée Sri-Lankaise. Nous terminons la ballade par la visite du monument de la victoire, pompeux édifice à la gloire des forces armées. Aux abords des sites, des panneaux d’information diffusent une propagande pro-Singhalaise. Pire, alors que partout ailleurs les panneaux d’informations sont rédigés dans les 3 langues officielles du pays (Singhalais, Tamoul et Anglais), à proximité du monument de la victoire, le petit musée n’affiche que des informations en Singhalais : notre chauffeur de tuk-tuk, Vijy, est incapable de les déchiffrer. Vijy est tamoul, il a 29 ans et faisait parti de l’armée des Tigres jusqu’à l’armistice.

Malgré des souvenirs douloureux, les aménagements publics récents dans la petite ville témoignent d’une volonté d’investir dans un futur prospère. Quant à nous, après un court séjour, nous reprenons le bus en direction de Jaffna, dans l’extrême nord du pays.


Restaurants :

Pour le petit-déjeuner ou le midi : Ammachchi, un petit « food center » très bon marché et délicieux. On commande les spécialités locales directement au comptoir où elles sont confectionnées et on les déguste sur les tables dans la cour.

Pour le soir : Beach Café, un cadre assez agréable à proximité de la plage et un succulent Kottu à un prix très abordable.

Notre hébergement : Sun&Sand, confortable et bon marché. L’offre d’hébergement est encore très limitée à Mullaitivu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s