Les temples de Mihintale

Les temples de Mihintale sont isolés, sereins, magnifiques. Pour la première fois de notre séjour au Sri Lanka, nous éprouvons le plaisir de flâner sans but au milieu des vieilles pierres, comme si le temps était suspendu. Il fait chaud, l’air est immobile. L’endroit est calme. 

Depuis l’arrêt de bus sur l’axe principal, nous traversons le parc municipal et découvrons presque par hasard les vestiges d’un hôpital du 9èmesiècle. Même s’il n’en reste que quelques pierres, le lieu est évocateur : on y distingue les chambres, le bain où les patients étaient trempés dans une décoction d’herbes médicinales.

Nous continuons et parvenons au petit musée local : il est désert, ignoré des touristes. Le gardien désœuvré nous fait l’honneur d’une petite visite guidée. Bien que son anglais soit limité, il nous montre les coffres de pierre qui protègent les reliques du Bouddha au cœur des dagobas, les mortiers utilisés pour les préparations médicinales, les instruments chirurgicaux et nous explique l’ingénieux système de filtration d’eau installé au-dessous des antiques latrines.

Nous continuons ensuite notre route vers le sud, en direction du site archéologique et religieux. Un majestueux escalier de pierre mène au sommet de la colline, où se trouvent les différents temples et dagobas. En chemin, nous découvrons plusieurs vestiges de la vie monastique : le réfectoire, le hall de méditation…

Alors que nous approchons de la plateforme, un singe bondit sur le sac à dos que porte Loïc et y dérobe une lingette emballée dans un plastique jaune. Il n’y a pas de mal mais Loïc a été désagréablement surpris.

Depuis la plateforme trois sentiers s’offrent à nous : l’un grimpe vers le nord le long du la roche jusqu’à un immense Bouddha, le second est une passerelle de métal qui escalade le flanc d’un roc sacré vers l’est, le troisième mène à un vaste dagoba. L’accès au rocher sacré est assez périlleux, heureusement nous sommes peu nombreux à tenter l’aventure cet après-midi. Quelques heures plus tard, alors que le soleil baisse à l’horizon, ce sont des centaines de pèlerins que nous verrons partir à l’assaut du rocher.

Quant à nous, nous redescendons, pour mieux remonter ensuite. Après quelques hésitations, nous grimpons sur une seconde colline, le long d’escaliers de pierre dégradés par le temps. Le site de Et Vihara est abandonné. Parvenus au bout du sentier, nous découvrons un dagoba envahi par les herbes et surtout une magnifique vue à 360°. Nous ne regrettons pas notre effort.

Nous revenons à notre point départ et explorons encore les environs, un étang d’irrigation, un dagoba à la base magnifiquement sculpté, avant de quitter le site à la tombée de la nuit.

Cette exploration d’un lieu magnifique et préservé, loin des hordes de touristes, nous a vraiment séduits.

Mihintale : musée et ruine de l’hôpital gratuits, accès aux sites religieux archéologiques 500rs par adulte, 250 pour les enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s