La rue du Hollandais à Matara

Matara n’est pas une destination touristique. La petite ville sur la côte sud du Sri Lanka est une cité universitaire et un centre de commerce. Notre but en y faisant escale est avant tout de ralentir le rythme du voyage et de progresser dans nos leçons de l’enseignement à distance, que nous avons un peu négligées depuis notre départ.

Pour rejoindre Matara depuis Tissa, le moyen de transport le plus facile et économique est le bus. Il suffit de se poster au bord de la grande route et de faire signe au conducteur d’un des nombreux bus rouges ou bleus qui circulent. Le bus ralentit, on annonce au receveur sa destination et on grimpe prestement à bord avant que le bus ne redémarre en trombe. Emotions fortes garanties, le bus accélère, double, ralentit, fait une embardée à gauche, à droite, freine sec pour prendre de nouveaux passagers. Certains d’entre nous font le voyage debout, mieux vaut s’accrocher fermement !

Nous nous installons dans une petite villa à proximité du centre-ville et de la longue promenade qui borde la plage. La plage n’est pas à proprement parler paradisiaque: une étendue de sable crème, bordée d’un bande herbeuse puis de la route d’un côté et d’une mer houleuse de l’autre. L’endroit ne se prête pas à la baignade.

Nous avons occupé nos quatre jours à Matara en faisant des cours intensifs, entrecoupés de récréations sous forme de visites et d’excursions:

  • L’Alliance Française de Matara : les Alliances Françaises sont des organismes indépendants qui promeuvent la langue et la culture francophones dans de nombreux pays et villes du monde. En voyage, nous nous rendons dès que possible dans les Alliances Françaises, afin d’emprunter où de lire sur place un livre ou une bande dessinée en Français, de rencontrer des locaux passionné par la culture francophone, ou des expatriés francophones. Ici, nous sommes chaleureusement accueilli par le directeur, un Sri-Lankais qui a vécu en France et enseigne désormais la religion bouddhique à l’université.
  • Le fort en étoile : un musée minuscule mais intéressant à visiter, à l’intérieur d’un des fortifications en forme d’étoile érigées à l’époque où Matara était un comptoir hollandais.
Le fort hollandais
  • Le temple Weherahena : un temple étrange, dressé il y a une trentaine d’année seulement mais dont les structures en béton et les nombreuses fresques s’effritent ou s’effacent. La partie extérieure est un immense Bouddha en béton coloré, la partie souterraine, plus pittoresque encore, est un labyrinthe dont les murs et le plafond sont couverts de fresques relatant des épisodes de la vie de Bouddha. fascinant mais les donations des rares touristes et des plus nombreux pèlerins ne permettent pas de maintenir l’ensemble en bon état.
  • La fête nationale : nous sommes à Matara le 4 février, jour de la fête nationale. Depuis la promenade le long de la plage, nous observons le défilé des écoliers et écolières en uniformes de parade.
  • La plage de Polhena : à quelques kilomètres à l’ouest de Matara, une plage qui est habituellement calme mais qui, en ce jour de fête nationale, et bondée. C’est à la fois amusant et fatiguant de se mêler à la foule des vacanciers indigènes. En nageant un peu plus loin du rivage, nous parvenons à apercevoir quelques grandes tortues.
  • Enfin, la rue du Hollandais, the Dutchman’s Street, un café-restaurant très agréable situé à proximité de la plage, dans l’ancien quartier colonial. Le lieu dégage une atmosphère plaisante et offre de bons jus de fruits et une connexion internet ultra-rapide. L’endroit idéal pour étudier : nous y viendrons presque quotidiennement, en longeant la longue plage de Matara, les pieds dans l’eau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s