Entre palmiers et caféiers

Avant de faire halte à Medellin, nous prenons le temps de séjourner dans la « zona cafetera ». Cette région est ainsi nommée car on y produit la majorité du célèbre café colombien. A la recherche de notre or noir, nous ne pouvions manquer de nous y arrêter. Nous choisissons de séjourner près du village de Filandia, réputé moins touristique que d’autres dans la région.

Perché sur une colline aux pentes verdoyantes, Filandia est un beau village aux maisons colorées, habituellement paisible. Seulement, nous y parvenons justement lors de la fête du village. Le temps d’un soir, on apprécie l’atmosphère festive, les stands de nourriture et de boisson, les maïs et les saucisses grillées, les attractions foraines et on se mêle avec plaisir à la foule des colombiens amusés.

Les jours suivants, nous aurions aimé déguster l’excellent ristretto du café Jahn, sur la place du village, avec plus de sérénité mais cela sera pour un autre voyage…

Des caféiers…

Revenons au café, les plantations sont nombreuses dans la région et nous aimerions bien sûr en visiter une. Fête du village oblige, l’activité touristique tourne au ralenti. Il y a bien une agence de voyage qui nous propose un tour organisé mais on trouve un peu ridicule de se faire promener en jeep à travers les caféiers, alors que nous possédons notre propre 4×4. De fil en aiguille, en discutant avec les habitants, nous finissons par prendre rendez-vous avec Don Javier qui nous accueillera dans sa finca, à une dizaine de kilomètres de Filandia.

La finca de Don Javier est un peu particulière: son propriétaire est passionné par les héliconiacées, plantes cousines des bananiers, et pratique une agriculture mixte, entre café, bananes et vaches laitières, écologique et respectueuse du bien-être animal. Entre fleurs d’héliconias, caféiers et forêt native au pied de la colline, nous faisons une  jolie promenade pédestre en compagnie du fermier. On finit par une agréable dégustation de café dans la cuisine de la ferme ou par un grand verre de lait très très frais pour les enfants. Evidemment, nous en profitons également pour acheter du café, histoire d’étrenner la petite cafetière italienne acquise quelques heures plus tôt dans le village.


Pour plus d’informations, la finca La Divisa possède un site internet. Nous avons payé 30.000 COP pour la visite.


Et des palmiers!

Le café est certes le but premier de notre visite dans la région de Filandia. Mais il serait  dommage de négliger d’autres sites proches, à la beauté naturelle indiscutée. Dimanche matin, nous mettons donc le cap vers la vallée de Cocora, à 30 kilomètres de Filandia, tôt car le site très réputé sera bientôt envahi de touristes. A 8h30, lors de notre départ, il n’y a encore personne sur place. C’est parti pour une nouvelle randonnée!

La vallée de Cocora est une réserve naturelle qui abrite de nombreux palmiers de cire, espèce rare de palmiers géants dont les troncs peuvent atteindre 60 mètres de haut. Aujourd’hui, tourmentés par le vent puissant, les arbres graciles semblent prêts à rompre!

Nous empruntons un sentier vers la droite qui pénètre rapidement dans une forêt dense et humide. A la grande joie des enfants, le sentier serpente le long de la rivière et nous contraint à emprunter de nombreux gués, ponts de cordes et ponts de singes, plus ou moins branlants. Après cinq kilomètres d’ascension en pente douce, nous préférons un petit détour pour grimper à travers la forêt jusqu’à la réserve d’Acaime, une réserve privée où l’on peut observer les colibris. La pente est plus raide mais l’ascension est courte. Nous faisons une pause à la réserve en admirant les oiseaux-mouches colorés et en dégustant une tasse d »agua de panela », un jus parfumé de sucre de canne, servi chaud.

Nous redescendons un kilomètre jusqu’à la précédente intersection puis empruntons le sentier qui grimpe la montagne. Cette fois-ci, l’ascension est plus rude, en lacets à travers la forêt puis la prairie jusqu’à atteindre une maisonnette d’altitude, la « finca montana » où nous faisons une seconde pause, consacrée celle-ci au pique-nique. La finca montana sert justement de l’agua de panela, à laquelle nous avons pris goût, avec de larges tranches de fromage.

Le repas avalé, il nous reste cinq kilomètres à parcourir pour redescendre dans la vallée. La balade continue par un large chemin, alors que la forêt fait place aux prairies et aux palmiers. A courte distance de l’arrivée, nous décidons d’emprunter un raccourci, non parce que nous sommes fatigués, mais parce que le sentier, solitaire, dégringole joliment les pentes d’un pré au beau milieu des palmiers de cire. Nous sommes parvenus au bout du chemin, les touristes sont maintenant nombreux qui explorent la vallée en son sentier principal, à pied ou à cheval. Un rapide coup d’oeil à notre GPS nous apprend que nous avons parcouru 11 km et surtout grimpé 670 mètres de dénivelé. Pas mal pour une balade que nous avons jugée facile…


Notre randonnée: la promenade est décrite ci-dessus mais voici un récapitulatif

  • Avant l’interruption de la route goudronnée, prendre le sentier à droite en direction de la réserve Acaime.
  • Suivre le sentier pendant 4-5 km jusqu’au panneau de bois indiquant « Acaime 1km ». De là, il y a possibilité de faire l’aller-retour jusqu’à la réserve ou de prendre directement à gauche le sentier qui grimpe vers la finca montana.
  • De la finca montana, c’est un large sentier qui descend vers la vallée. Quelques sentiers plus aventureux partent à droite ou à gauche pour allonger ou raccourcir le parcours.
  • L’entrée de la réserve Acaime est payante pour les adultes (5000 COP, boisson comprise), gratuite pour les enfants
  • L’entrée du bois de palmiers est payante (3000 COP par personne) mais par nos sentiers détournés, nous avons habilement, et pourtant sans intention aucune, esquivé la billetterie…
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s