Sur les traces du Che

Ernesto Che Guevara est né en 1928 à Rosario, en Argentine. Il est mort le 9 octobre 1967 dans le hameau de La Higuera, en Bolivie, exécuté par la milice bolivienne.

Nous nous engageons dans la montagne, sur les traces du Che. La route, asphaltée, est en excellent état jusqu’au bourg de Vallegrande. Vallegrande: c’est là que le corps du Che fut exposé aux yeux la population, quelques heures après son exécution. C’est aussi là qu’il fut enterré, dans le plus grand secret, avant qu’un officier de la milice ne révèle l’emplacement du tombeau, en 1997. Depuis, les restes ont été transférés et inhumés en grande pompe à Cuba.

Après Vallegrande, la roue se transforme en piste, de piètre qualité. Le chemin serpente vers les hauteurs. A gauche, on suspecte le ravin, dissimulé sous la toison grise des nuages. Après le passage du col, on dégringole sous la chape grise, les montagnes s’étirent à perte de vue. Nous atteignons le hameau de La Higuera avant la nuit.

Che Guevara est arrivé à la Higuera le matin du 27 septembre 1967 avec son armée de guérilleros. Coco, son acolyte, s’est alors rendu à la « casa del telegrafista », la maison du télégraphiste, pour y prendre les nouvelles. Apprenant que les milices boliviennes cernaient le secteur, les guérilleros repartent aussitôt dans la montagne. S’ensuivent douze jours d’une traque sans merci. Les guérilleros sont mal préparés, ils ont peu de nourriture, ne connaissent pas les points d’eau. Le 8 octobre 1967, Che Guevara est capturé sur le site de la Quebrada del Churo. Il est ramené à la Higuera et exécuté sommairement le lendemain.

Nous nous installons pour la nuit à la casa del telegrafista, aujourd’hui une auberge tenue par Aude, une Française. Au lever, la montagne est enveloppée dans une brume épaisse. Elle se dissipe rapidement et nous décidons de partir pour une petite randonnée guidée sur les traces du Che, à la Quebrada del Churo. L’après-midi sera, pour les enfants, consacré aux jeux avec Inti, le petit garçon de Aude.

Nous repartons le lendemain: il reste 180 kilomètres dont une majorité de pistes pour rejoindre la ville historique de Sucre.


Hébergement: la « casa del telegrafista » est un hébergement de charme, plus coûteux que les auberges où nous résidons habituellement (90 bolivianos p. p./n., moitié prix pour les enfants). Mais c’est un lieu agréable et surtout l’occasion de passer un peu de temps avec Aude et Inti. Pour les bourlingueurs désargentés, il est aussi possible de camper sur le terrain de la « casa ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s