La côte atlantique de la pointe de l’est à la pointe du diable

Au gré de nos escales en Uruguay, nous ne séjournerons que trois jours sur la côte atlantique. Non qu’elle ne mérite de s’y attarder, mais l’hiver s’installe doucement et ciel gris, températures fraîches et vents persistants ne sont guère de plaisants compagnons pour les nomades.

Premier arrêt impromptu à Punta del Este: nous n’avions pas prévu de séjourner dans cette station balnéaire à la mode mais l’heure est tardive et nous sommes certains d’y trouver facilement un logement. Très courtisée en été, la station est désertée en hiver; le prix des hébergements est alors divisé par deux, voire trois. De la fenêtre de notre petite chambre d’hôtel, nous apercevons la mer, l’océan Atlantique, enfin.

Etonnante concentration de hauts immeubles de béton et verre, propres, blancs, aseptisés, Punta del Este cherche à être ce que l’Uruguay n’est pas: « branchée »et « cool » dans un pays habituellement simple, serein et accueillant. Sur l’immense plage de sable fin, une statue, « la mano », oeuvre incontournable, fait le bonheur des enfants qui grimpent et dégringolent le long du pouce et de l’auriculaire.

Nous continuons notre route le long de la côte jusqu’à Punta del Diablo, à l’extrême nord-est du pays: un autre visage du tourisme, une petite station balnéaire pour surfers et routards désargentés qui s’est développée anarchiquement autour d’un village de pêcheur, de belles plages et des rocs burinés par le vent et les vagues. Nous nous baladons un peu le long de la côte et, malgré le temps maussade, dans le joli parc naturel de Santa Teresa, tout  proche, étonnamment boisé et très accueillant pour les enfants.

Nous sommes cependant impatients de retrouver le beau temps et des températures plus clémentes et mettons rapidement le cap vers le nord, le Brésil.


En pratique: 

Le parc naturel de Santa Teresa est idéal pour les familles: une forteresse (malheureusement fermée lors de notre passage), un mini-zoo, un petit jardin botanique, de courtes promenades, des plages. L’accès est gratuit (excepté pour le musée de la forteresse).

En ce qui concerne l’hébergement, il existe de nombreuses options  dans le village de Punta del Diablo, mais si le temps le permet, nous conseillons plutôt aux familles d’explorer les options dans le parc Santa Teresa (campings et cabanes).

A Punta del Este, nous avons séjourné à l’hôtel Milano, confortable et bien situé, pour 63 USD la nuit, chambre quadruple, petit-déjeuné et parking sécurisé compris.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s