A Montevideo

Vie rurale…

Pour notre découverte de Montevideo, nous choisissons de ne pas séjourner en ville mais de louer une petite maison à la campagne, à 15 kilomètres de la capitale Uruguayenne. Un excellent choix, un formidable coup de chance, nous sommes chaleureusement accueillis par les propriétaires, Martha et Alfredo, un couple de retraités, et leur fils Joaquin. Martha et Alfredo ont fui la dictature en Uruguay dans les années 1970 et ils se sont installés en France, en Lorraine, où ils ont vécu presque 40 ans. A l’heure de la retraite, ils sont retournés en Uruguay, dans une propriété rurale comprenant chevaux, moutons, paons, pintades… Nous apprécions beaucoup cet endroit où nous passerons finalement 9 jours!

 

… et vie citadine

Entre leçons, jeux dans la maison et balades dans la campagne uruguayenne, nous prenons aussi le temps de visiter la capitale: le garage agréé Nissan pour l’entretien des 100.000 kms de notre véhicule, les accessoiristes automobiles pour l’achat d’un coffre de toit qui nous évitera désormais de voyager avec un véhicule plein à craquer, l’hôpital britannique suite à une chute de Loïc du haut du lit superposé (juste une belle bosse) et heureusement aussi les musées, la bibliothèque de l’Alliance Française, le centre historique.
Le centre urbain de Montevideo est un curieux mélange d’extraordinaires façades art nouveau et art déco et de béton hideux. On est tantôt intrigué par un bâtiment puis repoussé par un autre. Selon les caprices du temps, c’est le béton du ciel qui se fond dans celui des immeubles, accentuant la laideur d’une avenue, ou un magnifique jeux de lumières qui irise les vitraux d’une façade, embellit les délicates fleurs de métal d’un balcon ouvragé. A l’image du pays, les rues sont plutôt calmes, les citadins sereins. On peine à croire que la cité comporte presque un million et demi d’habitants, tant elle semble petite. Au détour de nos déambulations dans le centre-ville, on visite plusieurs monuments et musées: le musée Torres Garcia, qui expose les oeuvres du peintre constructiviste, le musée national historique, le mausolée du général Artigas, héros de l’indépendance, le MAPI, petit musée d’art pré-colombien sis dans une jolie maison art nouveau, le musée de la banque et son cadre des années 70, l’ultra-touristique marché du port.
Nos coups de coeur se situent pourtant hors du centre-ville. L’espace d’art contemporain occupe les allées et les cellules d’une ancienne prison, un fascinant décor pour les expositions temporaires. Le musée Blanes met superbement en valeur des oeuvres majeures de l’art uruguayen dans un beau palais colonial au sein d’un petit parc. Et pour les gourmets, le Mercado Agricola offre un bel assortiment d’échoppes haut de gamme, avec fruits et légumes bio (et accessoirement l’unique expresso digne de ce nom en Uruguay au café del Mercado).

En pratique:

  • De nombreux musées de Montevideo sont entièrement gratuits: le musée Blanes, l’espace d’art contemporain, le musée national historique, le musée de la banque et d’autres que nous n’avons pas visité. Profitez-en!
  • Egalement gratuit: l’ascension au 24ème étage de la tour de la télécommunication Antel, l’un des seuls gratte-ciel de la capitale pour une belle vue panoramique sur la ville et le port.
  • Pour l’hébergement, la maison de Martha et Alfredo est disponible sur le site AirBnB.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s