Il pleut, il pleut…

La suite de notre épopée en Argentine se complique, du fait des mauvaises conditions climatiques. En remontant le long du fleuve Uruguay, nous faisons une première étape au bord de la rivière, à proximité de la ville de Gualeguaychu. Le temps est toujours magnifique. Nous continuons notre route et arrivons en début d’après-midi au parc national El Palmar, une superbe palmeraie à proximité du fleuve. Il chaud, lourd, et des orages sont attendus. Nous ne savions pas alors qu’ils allaient durer presque toute la semaine… La pluie nous a contraints à improviser le reste du séjour, recherchant des endroits abrités à visiter.

Une nuit au parc national El Palmar

Sans doute la pire que nous avons passée en camping! Les orages ont débutés vers 23h et n’ont pas cessé jusqu’au matin. Tonnerre fracassant, éclairs éblouissants et vacarme de la pluie torrentielle, les adultes n’ont quasiment pas fermé l’oeil de la nuit (les petits ont très bien dormi, merci). Les activités prévues pour le lendemain sont littéralement tombées à l’eau. Dommage, car des mignons capybaras aux timides vizcachas, des magnifiques palmiers aux rives tranquilles du fleuve, nous aurions bien apprécié profiter de la faune, de la flore et du cadre enchanteur du parc.

Le barrage de Salto Grande et la ville de Salto, en Uruguay

Nous remontons plus au nord en direction de la ville de Concordia. Première éclaircie le lendemain, un temps gris mais sec. Nous en profitons pour visiter l’immense barrage de Salto Grande, co-géré par l’Argentine et l’Uruguay, à cheval sur la frontière. Le projet a été réalisé à la fin des années 1970 et le barrage produit aujourd’hui encore les trois quarts de l’énergie électrique nécessaire à l’Uruguay. Visite guidée, gratuite et très intéressante, nous irons jusque dans la salle des turbines.

Nous décidons ensuite de passer l’après-midi en Uruguay, dans la petite ville de Salto, afin d’avoir un aperçu de ce pays. En ce dimanche après-midi, la ville est très calme, presque déserte. Nous prenons un bon déjeuner dans un restaurant de cuisine locale et retournons en fin d’après-midi en Argentine.

Dernière escale à Colon

Il pleut, il pleut, toujours et encore. Nous abandonnons l’espoir de retourner dans le parc El Palmar et nous dirigeons à nouveau vers le sud, toujours le long du fleuve Uruguay. Notre dernière étape sera la ville de Colon, jolie bourgade au bord du fleuve, touristique en été mais désertée en cette arrière saison grincheuse. La pluie menace même nos excursions au musée. Alors que nous voulons visiter un moulin historique, bâti par les premiers colons suisses, le gardien nous informe que le site est fermé pour cause de mauvais temps. Compatissant, il accepte de nous ouvre les portes du site, puis du moulin, puis une visite guidée inopinée et très enthousiaste. Encore une belle surprise! Quelques ballades encore dans les rues de Colon, un délicieuse dégustation d’alfajores et une autre de vin dans une bodega locale et il est déjà temps pour Marie-Noëlle et Cyril de nous quitter à nouveau…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s