Le condor passe… (le canyon de Colca)

A 200 kilomètres au nord d’Arequipa se trouve le canyon de Colca, l’un des plus profonds du monde. Ce canyon est très prisé des touristes, réputé pour la beauté de ses paysages, pour ses randonnées et  les nombreux condors qui planent au-dessus du précipice.

Nous avons beaucoup hésité avant de nous rendre au (célèbre au Pérou) canyon. Le moyen le plus courant de le visiter est de réserver une excursion depuis Arequipa. C’est facile, plutôt rapide et cela permet de « tout » voir. C’est surtout très onéreux pour une famille. Le moyen le plus économique est de prendre un bus local pour le village de Cabanaconde, sans pouvoir cependant s’arrêter à sa guise le long du chemin. Nous optons pour la location d’un véhicule tout-terrain, meilleur marché que les excursions « tout compris », et surtout offrant la flexibilité que nous désirons.

C’est parti pour trois jours sur les routes du Pérou. Lucie a un peu de fièvre le matin du départ, mais rien d’inquiétant. Elle dormira dans la voiture. Nous quittons Arequipa, contournons le majestueux volcan Chachani, pénétrons dans la réserve naturelle de Salinas y Aguada Blanca. Dans la pampa à 4300 mètres d’altitude paissent de nombreux troupeaux de lamas et d’alpagas sauvages, ainsi que des vigognes, une espèce menacée de camélidés. Les vigognes sont craintives, et nous observons les troupeaux à l’aide de jumelles. Après cette escale dans la pampa, nous grimpons à 4910 mètres d’altitude pour une pause-déjeuner avec vue splendide sur les volcans. Retour dans la vallée à 3500 mètres d’altitude, au village de Yanque, pour une balade de 3 heures sur les traces des civilisations pré-incas. La rivière de Colca tient son nom des « colcas », sorte de garde-manger construits au fond du canyon afin de conserver les aliments à l’abri de la chaleur et du soleil. Nous visitons les ruines du site antique de Uyo-Uyo, puis terminons notre randonnée par un plongeon dans les sources d’eau chaude qui jaillissent au fond de la vallée. En fait, seuls Lise et Loïc sont assez courageux pour cela. Si les sources sont agréablement chaudes, à la nuit tombante un vent piquant glace ceux qui ne se sont pas jetés à l’eau. De retour à l’hôtel, nous profitons du ciel dégagé et de l’absence de pollution lumineuse pour une leçon d’astronomie dans l’observatoire de l’établissement. Une première pour les petits bourlingueurs, nous contemplons le ciel à l’aide d’un télescope.

Le lendemain, nous partons pour une nouvelle randonnée, hors des sentiers battus. Depuis la rive droite du canyon, ignorée des touristes, nous grimpons un sentier en lacet jusqu’à une forteresse construite sur la crête par les indiens Collaguas. A presque 4000 mètres d’altitude, la vue est extraordinaire: à notre gauche, la vallée de Colca, ses verdoyantes cultures en terrasse, à notre droite, les pentes escarpées d’un des canyons les plus profonds du monde. Après cette superbe balade, nous redescendons dans la vallée pour traverser la rivière sur l’un des rares ponts qui l’enjambe et passons la nuit dans le village de Cabanaconde.

Le lendemain, lever de bonne heure pour essayer d’admirer le vol du condor. Nous nous arrêtons d’abord boire un thé à la terrasse d’un café isolé, accroché à la falaise, dans l’espoir d’apercevoir les majestueux oiseaux. Peine perdue, seul un aigle nous fait l’honneur de sa visite. Nous nous rendons donc à la Croix du Condor, le mirador où s’amassent les touristes en quête du condor. Il est 9h15 du matin, les minibus emplis de touristes quittent peu à peu les lieux: les condors ont l’habitude de prendre leur envol entre 8h et 9h du matin, puis se réfugient dans la falaise pour se reposer. Pas de vol du condor donc, nous restons cependant encore quelques instants pour profiter de la vue. Alors que le lieu est pratiquement désert, plusieurs condors, oublieux de leurs habitudes, passent, tournoient, nous frôlent quasiment. C’est un spectacle magnifique!

Il est temps de retourner en direction d’Arequipa, avec quelques arrêts cependant, un premier dans le village de Yanque pour visiter son église et son petit musée. Pour le second, nous quittons la route asphaltée pour nous engager sur les pistes de la pampa de Toccra, à 4300 mètres d’altitude, direction: le village abandonné de Sumbay. Au fond d’une cueva sculptée par la rivière Sumbay, nous découvrons des peintures rupestres dessinées il y a plus de 8000 ans et un animal furtif et rare, le viscache.

Petits villages traditionnels accueillant, paysages époustouflants, randonnées agréables, découverte de la faune et la flore, notre séjour au Colca fut en tous points une réussite!


Les astuces des petits bourlingueurs:

Pour ceux d’entre vous que la découverte du Colca tente, voici quelques infos pratiques.

La location d’une voiture n’est pas la solution la plus économique pour atteindre le canyon, mais c’est la plus pratique avec des enfants. Il y plusieurs agences sérieuses de location à Arequipa (Hertz, DTG, Genesis) et, à moins de mentir sur votre destination, toutes les agences vous proposerons un véhicule  tout-terrain. Le tout-terrain s’avère utile si vous voulez sortir des sentiers battus (forteresse de Chimpa, art rupestre de Sumbay…). Prix moyen d’une location: 90 USD par jour (250km inclus, suffisant pour faire l’aller-retour sur 2 jours). Attention, le carburant est cher dans le Colca, faites le plein au départ d’Arequipa et au retour.

Le billet d’entrée au Colca est très cher (70 soles, soit une vingtaine d’euros par personne). Les familles ne sont heureusement pas pénalisées car les billets pour les enfants sont bon marché (5 soles, soit un peu plus d’un euro). Les jeunes enfants ne paient pas. il y a de nombreux contrôles des billets, difficile de resquiller (même si nous l’avons involontairement fait).

Hébergement: il existe un camping, à la Granja del Colca, malheureusement fermé en basse saison. Nous nous sommes rabattus sur des logements confortable et bien plus chers: l’hôtel Tradicion Colca à Yanque, pour sa chambre triple, son parking, mais surtout sa randonnée guidée vers Uyo Uyo et sa leçon d’astronomie et l’hôtel Kuntur Wasi à Cabanaconde, qui en basse saison, nous a fait une belle réduction sur sa chambre triple. Si vous logez ailleurs à Cabanaconde, pensez à garer votre véhicule au poste de police pour éviter les vols.

Idées randos:

  • la randonnée vers Uyo-Uyo est facile à pratiquer en individuel depuis le village de Yanque. Dirigez-vous vers le pont suspendu, traversez la rivière, prenez à gauche et suivez les indications « Uyo-Uyo ».
  • pour monter à la forteresse de Chimpa, longez la rive droite du Colca en voiture. Au village de Madrigal, suivez les indications « fortaleza de Chimpa ». Après 8 kilomètres de piste, vous y êtes!
Advertisements

2 réflexions sur “Le condor passe… (le canyon de Colca)”

  1. Bonjour
    juste une petite question : nous envisageons cet été de monter à la forteresse de Chimpa. Certain commentaires disent que c’est difficile et qu’il faut être entrainé.
    Je vois que vous y êtes montés avec des enfants ? est ce très difficile ?,

    MERCI POUR LA REPONSE
    VALERIE

    J'aime

    1. Bonjour, non, la randonnée n’est pas difficile. Nous l’avons effectué avec des enfants de 8, 6 et 3 ans et demi en environ 2 heures (aller). Bien sur, il faut tenir compte de l’altitude et de la chaleur. Les conditions sont celles de la montagne, il vous faudra bonne chaussures, chapeaux de soleil, eau en suffisance… Cela grimpe sur un sentier en lacet, pas de difficultés particulières. Bon voyage! Joelle et les petits bourlingueurs

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s