Escale à Toungoo

Les moyens de transports sont particulièrement lents en Birmanie et nous essayons d’entrecouper les longs trajets d’étapes hors des sentiers battus. Nous avions envie d’avoir un aperçu de Naypyitaw, la capitale fantôme du Myanmar, une ville immense, dépeuplée, construite en quelques mois sur base de prédictions astrologiques. Cependant, la ville est compliquée à visiter : les touristes ne sont autorisés à pénétrer que dans certaines zones, les hôtels sont chers, excentrés, les transports publics sont inexistants et les prix des courses en taxi est exorbitant pour le pays. Pour éviter d’y laisser notre portefeuille, nous décidons finalement de faire escale 200 kilomètres au sud de Naypyitaw, dans la petite ville de Toungoo.

Toungoo n’est pas vraiment une étape touristique. Les voyageurs s’y arrêtent parfois une nuit, en route pour Mandalay ou le lac Inle. Pour nous, cette escale est l’occasion de se détendre quelques jours au calme et de découvrir la vie rurale en Birmanie. Notre hôtel, luxueux par les standards birmans, est situé en bordure de la ville, à proximité d’un petit village. Nous espérions du calme, mais la première nuit est courte, en raison de bruyantes festivités dans le village voisin.

Le lendemain, après un petit déjeuner gargantuesque pris à l’hôtel, nous décidons de visiter ce même village. Nous découvrons rapidement la cause du tintamarre. Dans la première maison du village a lieu une fête familiale (un mariage ?). Les villageois nous invitent immédiatement à nous joindre à eux et nous servent un plat de nouilles de riz agrémentées d’une soupe de pois. Nous n’avons pas vraiment faim, mais mangeons un peu, par politesse. C’est vraiment délicieux. La fête se termine, la musique s’est tue et nous prenons congé quelques minutes plus tard. Nous continuons notre promenade dans le village. Les villageois, et particulièrement les enfants, viennent nous saluer tandis que nous marchons jusqu’au petit monastère du village. Ce sont les vacances scolaires en Birmanie et beaucoup de petits garçons profitent des trois mois de congé pour effectuer leur noviciat au monastère. Dans la cour du lieu de culte, il y a de nombreux enfants, crânes rasés, enveloppés dans la robe brune des moines birmans. Un adulte nous invite à entrer dans la salle commune et nous offre de partager le repas des moines. De nouveau, cela à l’air délicieux, mais nous déclinons poliment, rassasiés. Nous acceptons cependant une tasse de thé, qui sera, pour les enfants, accompagnée des bananes, raisins et biscuits. Le repas des moines terminé, nous quittons le monastère et continuons notre balade. Au sortir du village, deux adolescentes nous accostent. Elles parlent un bon anglais et nous invitent dans la maison familiale. Elles nous expliquent qu’elles apprennent l’anglais en regardant la télévision. Elles sont ravies de bavarder, nous offre un verre d’eau et nous invitent, de nouveau, à manger, offre que nous déclinons. Après avoir salué la famille, nous repartons en direction de l’hôtel où les enfant passeront l’après-midi à étudier et à jouer.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s